AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 "Rendez-vous avec le ciel" [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Léna Swan

avatar

Féminin Nombre de messages : 127
Age : 23
Célébritée de L'avatar : Nina Dobrev
Date d'inscription : 31/07/2010

MessageSujet: Re: "Rendez-vous avec le ciel" [Libre]   Mer 1 Sep - 13:56

Léna riait encore lorsqu'elle entendit enfin sonner le rire de Gabriel. Cela lui fit chaud au coeur. Elle avait réussi à le faire rire. Il était plutôt réservé apparemment, et elle ne savait pas ce qui le rendait si "timide" mais elle sentait que ce rire ne résonnait pas souvent. Toujours le sourire aux lèvres, elle senti les bras du jeune homme se détacher d'elle. Dommage, elle aurai bien aimé y rester un peu plus... Ou toujours. Mais toute bonne chose avait une fin... Pour recommencer!

Gabriel demanda quel sandwich elle voulait. Question logique. Elle lui répondit qu'il pouvait choisir pour elle, n'étant pas difficile en terme de nourriture. Il se dirigeait déjà vers la porte mais, il revint sur ses pas et approcha de Léna, ce qui la surprit. Puis dans un murmure il prononça juste un mot:


"- Merci"

Merci de quoi ? La jeune fille ne comprenait pas le sens de ce merci, mais elle l'acceptait. Mais ce simple mot lui fit avoir une sensation étrange dans son ventre, une sensation qu'elle ne connaissait pas. En guise de réponse, elle approcha son visage près de son oreille et resta en suspens quelques seconde. Et dans sa respiration calme, elle lui susurra:


"- Merci à toi"

D'un pas calme elle se dirigea vers la porte du toit et, sans se retourner, elle s'élança dans les escaliers. De plus en plus vite, elle se mit à accélérer le pas, se dirigeant vers sa chambre. Elle y pénétra et s'y enferma. S'adossant à la porte, elle réfléchit.

* Je ne peux pas l'espionner. Peu importe qui il est, je dois respecter sa vie privée et ses secrets. * pensa-t-elle.

Durant plusieurs minute, elle resta dans cette position, se repassant en boucle les évènements. Puis d'un air vif, elle s'élança a la recherche d'une couverture, qu'elle dégota en quelques secondes. Elle troqua ses escarpins contre des petites sandales afin d'être plus à l'aise, mais garda sa robe blanche en dentelle. Passant devant le miroir, elle se recoiffa un peu, vérifia son allure, puis repartit en direction du toit.

Lorsqu'elle passa la porte, Gabriel n'était toujours pas revenu. Il était long pour aller chercher deux sandwichs... Mais peut être Léna avait-elle vu le temps passer lentement. Celle-ci posa la couverture près de son sac, et se plaça dos au paysage. Elle voulait découvrir Paris de nuit avec Gabriel. Et pour cela, elle l'attendrai le temps qu'il faudrait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Sulivan

avatar

Nombre de messages : 122
Age : 24
Célébritée de L'avatar : Ian Somerhalder
Date d'inscription : 23/08/2010

MessageSujet: Re: "Rendez-vous avec le ciel" [Libre]   Jeu 2 Sep - 12:23

Lorsqu'il l'avait remercié, Gabriel savait que la jeune femme allait être décontenancée. Elle ne comprendrait surement pas. A vrai dire, lui non plus ne savait pas vraiment pourquoi il la remerciait, mais il en avait besoin. Elle approcha son visage du sien, et dans un murmure, elle le remercia à son tour. Encore une fois il ne comprit pas. Il n'avait pourtant rien de fait de spécial, si ce n'est la réconforter. Bon c'était déjà beaucoup, c'est vrai.

La jeune femme se dirigea vers la porte qui donnait sur les escaliers, et elle se mit à courir, rapidement, de ses pas feutrés. Il attendit un moment avant de se diriger à son tour vers cet escalier pour aller chercher des sandwichs. En montant, il avait remarqué un vendeur de sandwichs non loin de là. Il en aurait au plus pour deux minutes de marche, ce qui lui laisserait largement le temps de faire un petit tour dans sa chambre en remontant, afin de prendre de quoi tenir. Léna avait surement du passer par sa chambre pour aller chercher une couverture, et donc le temps qu'il aille chercher les sandwichs, elle devrait déjà être en haut. En lui disant que le vendeur de sandwichs était à dix minutes du campus, cela lui donnait un alibi pour le temps qu'il passerait dans sa chambre. Il n'aimait pas mentir, mais c'était le seul moyen. S'il ne prenait pas sa dose à temps, il risquait de faire une crise de manque, et il savait que ce n'était pas beau à voir du tout.

Il dévala les marches quatre à quatre, afin de gagner quelques minutes, pour que son mensonge (qu'il préférait appeler mensonge par omission) soit crédible. Une fois dans la rue, il marcha plus tranquillement, regardant derrière lui pour voir si personne ne le suivait. Il voulait vérifier que personne ne pourrait contrer ses dires devant Léna. Car oui, le cocaïnomane a tendance à être paranoïaque, et donc, se retourner dans la rue faisait partie des habitudes de Gabriel. Une fois arrivé devant le vendeur de sandwichs, il en acheta deux. Deux jambons beurres, généralement, ça passe partout, rester plus qu'à espérer que Léna ne faisait pas partie de ceux qui n'aiment pas le beurre.

Puis, les deux sandwichs sous le bras, il se dépêcha de rejoindre sa chambre. Il déposa les deux sandwichs sur la commode près de l'entrée, et se dirigea vers sa table de nuit. Il sortit son matériel, sortit le sachet de poudre de sa poche avec des gestes nerveux. Une fois cela fait, ce qui mit plusieurs minutes parce qu'il était trop nerveux et donc trop imprécis dans ses gestes, il versa une certaine quantité de poudre sur la dite table. A l'aide d'une feuille, il en traça un ligne. Avec la quantité-là, il en avait pour environ une petite demi-heure de tranquillité. Il savait très bien ce qui l'attendait. Au bout de quelques minutes, il serait dans un état d'euphorie qui durerait environ une demi-heure. Euphorie durant laquelle il se sentirait plus sur de lui, plus calme. Il avait également tendance à être plus bavard dans ces moments-là. Puis, une fois ce moment de bonheur terminé, il aurait droit à une redescente en beauté, avec tout ce qui l'accompagne: déprime, saute d'humeur, anxiété, état dépressif (même s'il n'avait pas besoin de cela pour y être). Mais le jeu en valait la chandelle. Une demi-heure de calme et de tranquillité.

Une fois sa dose prise, il récupéra d'un geste expert, la poudre qui restait sur sa table de nuit, la remis dans le sachet, s'il referma et reglissa dans sa poche au cas où... Il attrapa les sandwichs et remonta les marches quatre à quatre. Une fois arrivé en haut, il ouvrit la porte, un peu trop soudainement. Il devait se calmer s'il ne voulait pas que Léna remarque son changement d'état. Il vit tout de suite que Léna était dos au paysage, le regard perdu vers la porte d'entrée. Il lui lança un grand sourire, et souleva les sandwichs.


"- J'ai les sandwichs! Jambon-beurre, ça te va?"

Il avait dit cela sur un air enjoué, et il savait que s'il ne se calmait pas tout de suite, Léna comprendrait vite qu'il n'était pas dans son état normal. Il s'approcha d'elle et lui tendit un des deux sandwichs, avant de s'assoir à même le sol. Il n'était déjà plus en état de chercher à avoir l'air normal. Il soupira avant de regarder le ciel, la tête penchée en arrière. Quelques étoiles commencaient à apparaître.

"- C'est beau, tu trouves pas?"

Il lança un sourire à la jeune femme qui était encore debout juste devant lui. Il avait son sandwich en main, mais n'avait pas envie d'y toucher. Il souriait bêtement. Sa demi-heure venait de commencer, et il espérait qu'elle passerait vite pour qu'il puisse profiter de la vue de Paris la nuit sans éveiller les soupcons de la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léna Swan

avatar

Féminin Nombre de messages : 127
Age : 23
Célébritée de L'avatar : Nina Dobrev
Date d'inscription : 31/07/2010

MessageSujet: Re: "Rendez-vous avec le ciel" [Libre]   Jeu 2 Sep - 13:24

Léna trouvait le temps affreusement long. Elle attendait, elle attendait, et jamais il ne faisait son entrée. Evidemment, elle commençait à se poser de plus en plus de question. Y avait-il du monde à la baraque à sandwich ? Etait il en train de boire ? En train de se... droguer ? De toute manière, dès qu'il reviendrai elle analyserai chaque geste, chaque signe, comme à son habitude. Si tout était normal elle arrêterai d'être parano.

Tout à coup, sans qu'elle ne s'y attende, le jeune homme passa la porte avec un entrain peu habituel. Premier point bizarre. Ou devenait-elle simplement paranoïaque. Il lui adressa un large sourire tout en brandissant les sandwichs.


"- J'ai les sandwichs! Jambon-beurre, ça te va?"

Léna ne put s'empêcher de sourire. Il jouait dans les classiques, c'était un bon point assuré pour lui. Elle ne se douta pas que son sourire avait quelque chose d'étrange. Le fait qu'il revienne avec deux sandwichs, un pour lui et un pour elle, lui réchauffa le coeur. Parce que pour une fois, on prenait soin d'elle. Mais il avait dit cela d'un air enjoué. Même le connaissant peu, il paraissait étrange. Second point bizarre. Il s'assit à même le sol, levant la tête et observant les étoiles.

"- C'est beau, tu trouves pas?"

Gabriel avait un sourire bêta suspendu au bout des lèvres. Troisième point bizarre. Ok, s'en était trop pour la jeune fille. Elle voulait vérifier si oui ou non il se droguait. Elle fouilla dans son sac et en sorti son BlackBerry, faisant semblant s'y regarder l'heure et enclencha la lampe torche, qui éclaira assez pour qu'elle puisse remarquer les pupilles dilatées de Gabriel. Le faisceau n'ayant pas atteint l'oeil, ce n'était pas elle qui avait déclenché la réaction, mais bien autre chose... D'un petit air distrait elle lâcha un simple "Oups" puis rigola légèrement.


Ok. Elle avait une première preuve. Doucement, elle attrapa les jambes du jeune homme, les dégagea, et s'assit entre ses jambes, dos à lui. La jeune fille mordit légèrement dans son sandwich. Elle mâcha, avala, et pris la parole:

"- C'est parfait pour jambon beurre"

Elle leva la tête, observa les quelques étoiles qui pointaient le bout de leur nez et sourit. Puis elle lui répondit encore:


"- Oui, c'est vrai que c'est magnifique..."

La jeune fille se détendit un peu et posa sa tête en arrière sur l'épaule de Gabriel, de façon à ce qu'elle puisse contempler le ciel. Elle sortait le grand jeu. Si jamais il était sous l'emprise de la drogue, il ne serai pas gêné et profiterai un peu de la situation. S'il ne l'était pas, il se crisperai et elle le sentirai. Alors elle s'excuserai et tout ça passera comme un simple "accident".

En attendant, elle, elle était bien là, contre lui. Mais la jeune fille frissonna. Elle commençait à avoir froid. Inconsciemment, elle commença a grelotter, mais ne quittait pas le ciel des yeux. C'était si beau... Maintenant, il fallait attendre... Et enfin, elle aurai les réponses à ses questions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Sulivan

avatar

Nombre de messages : 122
Age : 24
Célébritée de L'avatar : Ian Somerhalder
Date d'inscription : 23/08/2010

MessageSujet: Re: "Rendez-vous avec le ciel" [Libre]   Ven 3 Sep - 4:42

Alors que le jeune homme était perdu dans la contemplation du ciel et des quelques étoiles qui apparaissaient progressivement dans le ciel, son sandwich toujours en main, il vit une grande lumière apparaître. Il se demanda s'il n'avait pas un peu trop forcé sur la dose, lorsqu'il identifia d'où provenait la lumière. C'était Léna qui avait sorti son portable de sa poche, pour regarder l'heure, et qui avait allumé la lampe de poche de celui-ci par mégarde. Par mégarde? Il se demandait si ce geste n'avait pas été voulu au contraire. Mais pourquoi. Il tenta de se concentrer la-dessus afin de comprendre, mais rien à faire, son esprit vagabondait ailleurs. Il se contenta de sourire.

Puis, il n'eut plus le temps de réfléchir, puisqu'il sentit que Léna s'asseyait entre ses jambes, dos à lui. En temps normal, cela l'aurait gêné, et mis très mal à l'aise. Il ne supportait pas les contacts. Mais il n'était pas dans son état normal et le jeune homme timide, évitant tout contact avec les personnes était maintenant un jeune homme sur de lui et bien dans sa peau et dans son corps. Et le fait de sentir que Léna recherchait le contact lui faisait presque même plaisir. Peut-être qu'il lui plaisait après tout. Il se mit à sourire dans la nuit, mais n'esquissa aucun mouvement de recul. Il n'était plus en état de réfléchir à quoi que ce soit, et au fond,c e contact, il en avait besoin, pour expier ses vieux démons.


"- C'est parfait pour jambon beurre"

La voix de la jeune femme résonna dans le silence de la nuit qui tombait.

"- Oui, c'est vrai que c'est magnifique..."

Elle était d'accord avec lui, c'était beau. Puis il sentit qu'elle glissa sa tête sur son épaule, de façon à mieux voir le ciel. Il regarda son visage un moment. Elle semblait plus calme qu'avant, plus joyeuse aussi. Il était en train de la regarder, lorsqu'il sentit qu'elle frissonna. Il ne faisait pourtant pas si froid que cela. Du moins, lui n'avait pas froid. Il décida tout de même qu'il ne fallait pas la laisser avoir froid comme cela, cela serait trop bête. Il lui aurait bien proposer sa veste, s'il en avait eu une sur lui, mais ce n'était pas le cas. Il glissa alors son bras autour de sa taille. Cela ne la réchaufferait surement pas beaucoup. Il repensa alors à la couverture qu'elle avait du aller chercher. Il regarda autour de lui, et la vit non loin de là. Il tendit le bras, et parvint à l'attraper. Il la déplia sur eux, de manière à recouvrir la jeune femme. Il lui murmura alors à l'oreille, si bas, qu'il eut peur que sa voix se perde dans le vent.

"-Tu as moins froid j'espère?"

Il attendit un long moment sans rien dire, profitant de ce ciel, de la présence de la jeune femme. En temps normal, il 'aurait pas agit comme cela, et il se serait posé beaucoup plus de question sur les intenttions de la jeune femme. Mais là, il n'était plus en état de réagir. L'euphorie avait gagné son corps tout entier. Il se sentait bien. Il avait envie de parler. A chaque fois, cela le rendait plus bavard. Il commença alors à parler, d'une voix mal-assurée, il cherchait ses mots.

"-Quand j'étais tout môme, mon père, avant qu'il perde son boulot hein, parce qu'apèrs il a pêté les plombs, il m'emmenait toujours sur le toit de notre immeuble pour regarder les étoiles. Il m'avait appris le nom des conste... des conste... bref des trucs là! Mais j'ai tout oublié! Après c'est pu les mêmes étoiles qu'il m'emmenait voir! Après, les étoiles que je voyais, c'est quand il me mettait KO! C'est drôle quand même comme paradoxe!"

Le jeune homme se mit à rire. Il entra dans un vrai fou rire, que seul cet état d'euphorie pouvait lui donner. Bien sur il n'y avait rien de drôle dans ce qu'il venait de dire, et à vrai dire, cela n'avait pas vraiment de sens non plus. Mais lui comprenait ce qu'il voulait dire. Il savait parfaitment à quoi il faisait référence, mais pas sur que la jeune femme pourrait le comprendre, et à vrai dire, il s'en fichait pas mal. Il ne se rendait plus compte de ce qu'il faisait, tout lui échappait. Il était ailleurs. tout ce qu'il savait, c'est que c'était drôle, et qu'il avait envie de rire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léna Swan

avatar

Féminin Nombre de messages : 127
Age : 23
Célébritée de L'avatar : Nina Dobrev
Date d'inscription : 31/07/2010

MessageSujet: Re: "Rendez-vous avec le ciel" [Libre]   Ven 3 Sep - 11:27

Après tout ce qu'elle venait de faire, Gabriel n'avait pas eut de mouvement de recul, aucune réticence. D'accord, il n'était pas dans son état normal. Mais, elle profitait de la situation. Elle était étrangement bien dans ses bras et n'avait aucune envie d'en sortir. Elle mordit une fois de plus dans son sandwich. Cela faisait du bien de manger quand on avait faim, mais la jeune fille commençait à avoir froid. Et le jeune homme du s'en apercevoir car il glissa son bras autour de sa taille. Cela la fit frissonner de plaisir. La tête toujours posée sur l'épaule de Gabriel, elle ne bougea pas pour autant.

Ce dernier tendit la main et attrapa la couverture qu'il positionna sur eux. Il y faisait chaud et Léna se laissa aller. Puis il approcha son visage de celui de celle-ci et murmura si bas qu'elle eut de peine à l'entendre.


"- Tu as moins froid j'espère?"

En guise de réponse elle se serra un peu plus contre lui. Il avait beau être drogué, il avait quelque chose, un truc en plus. Et elle savait que s'il était sobre elle n'aurai pas pu se mettre contre lui. Un long moment s'écoula a profiter du ciel. Léna mangea la moitié de son sandwich et posa l'autre moitié sur son sac. Elle glissa une nouvelle fois sa tête sur l'épaule de Gabriel, observant les étoiles, au chaud. Le jeune homme reprit la parole avec des mots hésitants:


"-Quand j'étais tout môme, mon père, avant qu'il perde son boulot hein, parce qu'apèrs il a pêté les plombs, il m'emmenait toujours sur le toit de notre immeuble pour regarder les étoiles. Il m'avait appris le nom des conste... des conste... bref des trucs là! Mais j'ai tout oublié! Après c'est pu les mêmes étoiles qu'il m'emmenait voir! Après, les étoiles que je voyais, c'est quand il me mettait KO! C'est drôle quand même comme paradoxe!"

Le jeune homme se pris un fou rire. Léna en fut choquée. Il venait de dire que son père le battait, et puis il en riait. D'accord, il était sous l'effet de la drogue, mais la jeune fille ne pouvait pas rire de ça. Elle ne savait pas ce qu'elle devait faire, lui donner une baffe, rire avec lui, lui jeter un seau d'eau en pleine figure pour qu'il se réveille... Ou elle pourrai l'embrasser. Cela aurait l'effet d'un choc. Mais la baffe était plus convenable a la situation. Elle avait perdu ses parents, et lui il riait du fait que son père le battait.

* Après tout, il s'en souviendra pas *

Elle se tourna et se mit face à lui. Attrapant son épaule avec sa main gauche, elle leva sa main droite et l'abattit sur la joue du jeune homme, tout en s'écriant, choquée:


"- T'es malades ou quoi ?! Faudrait vraiment que tu songes a arrêter la drogue! Parce que tu serai quelqu'un dont je pourrai vite..." Elle s'arrêta.

Qu'était-elle en train de dire ? Qu'avait-elle voulu dire ? En vérité, elle le savait très bien, mais elle ne voulait pas se l'avouer. Car oui, il lui plaisait, oui, elle commencer à l'apprécier, et un peu trop d'ailleurs. Les larmes lui montèrent. Elle ne savait quoi dire, quoi faire, quoi penser, quoi ressentir... Trop d'émotions, de sensations. La jeune fille se mit en boule entre ses jambes, contre lui. Elle posa sa tête contre le torse du jeune homme et s'enroula dans la couverture. Elle tenta de se calmer.

Pourquoi tant d'émotions contradictoires la submergeaient-elle ? Pourquoi à cause de lui et pas d'un autre. Elle ferma les yeux et attendit un geste doux de sa part. Evidemment, elle savait au fond d'elle même qu'il ne le serai pas. Elle le savait parce qu'il n'était que dans un état second, et que tout ce qui se passaient maintenant n'était pas de "sa faute". Il n'était pas clean. Mais elle s'en fichait. Parce qu'elle voulait rester auprès de lui, même si ses paroles étaient absurdes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Sulivan

avatar

Nombre de messages : 122
Age : 24
Célébritée de L'avatar : Ian Somerhalder
Date d'inscription : 23/08/2010

MessageSujet: Re: "Rendez-vous avec le ciel" [Libre]   Ven 3 Sep - 13:32

Gabriel était perdu dans son fou rire, lorsque soudain, il sentit une main s'abattre sur sa joue. Son rire stoppa directement. Il regarda Léna, qui était à l'origine de cette gifle. Il mit quelques instants avant de réagir à ce qui venait de se passer. Léna venait de le gifler, tout simplement. Il ne comprenait tout simplement pas. Ils étaient bien, tranquillement, assis l'un près de l'autre, sans aucune tension ni rien. Ils étaient même en train de rire, enfin lui tout du moins, et là, elle venait de le gifler. Sans raison. Il cligna plusieurs fois des yeux, rapidement, afin d'être sur qu'il ne venait pas de rêver ce qui venait de se passer. La douleur qu'il ressentit sur la joue lui prouva qu'il n'avait en effet pas de rêver.

"- T'es malades ou quoi ?! Faudrait vraiment que tu songes a arrêter la drogue! Parce que tu serai quelqu'un dont je pourrai vite..."

La jeune femme arrêta directement sa phrase, avant de se rouler en boule contre lui, et de glisser la tête contre son torse. La colère monta tout directement en lui. Elle venait de le frapper, avant de... de lui hurler dessus. Et tout ça, avant de se glisser dans ses bras. Il trouvait son comportement particulièrement déplacé. De quel droit se permettait-elle de le frapper? Il eut l'impression d'être replongé des années en arrière, lorsque son père le frappait. Mais une chose avait changé depuis. Il avait grandi. Il était plus fort, plus grand. Et il était bien décidé à ne pas se laisser faire, encore moins par une fille.

Il n'avait pas vraiment réfléchit à ce que la jeune femme venait de dire, ni chercher à comprendre pourquoi elle l'avait giflé. Il n'était pas en état de prendre le temps de réfléchir. Dans son état, ses réactions étaient impulsives. IL ne comprenait pas la réaction de la jeune femme, et surtout sa réaction l'avait énervé.


"- Je suis malade?! Mais tu te prends pour qui? C'est moi qui suis malade alors que c'est toi qui vient de me frapper? Nan mais franchement, tu te fous de ma gueule ou quoi!? Je te préviens, tu ne léveras plus jamais la main sur moi, est-ce que c'est clair? Plus personne ne lèvera jamais la main sur moi!"

Sa voix montrait son énervement, et il était dans un état de tension extrême! Il était en traind e lutter pour ne pas faire quelque chose qu'il regretterait par la suite. Il venait de crier sur Léna, mais il lui semblait nécessaire de mettre les points sur les i directement. Si jamais il evait être amené à la cotoyer, il voulait qu'elle sache à quoi s'en tenir. Il se leva soudainement, et se dirigea vers la rambarde. Il avait besoin de se calmer, de calmer la fureur qui courait dans ses veines. Il s'accouda sur la rambarde et regarda droit devant lui. Il ferma les yeux et respira profondément.

Il ne comprenait pas ce qui venait de se passer. Léna venait de faire quelque chose de très grave selon lui. D'autant qu'il ne pensait pas qu'il méritait cela. Il se retourna vers la jeune femme qui n'avait toujours pas bougé, avant de lui dire:


"- Je n'ai aucun problème de drogue. Je vais très bien!"

Encore une fois, il s'enfoncait dans le mensonge. Il niait son problème. Il ne voulait pas reconnaitre qu'il avait un quelconque problème. Ce n'était pas qu'il ne s'en rendait pas compte, mais il était dans le déni.

Après avoir dit cela, il se retourna de l'autre côté. Il était dos à la jeune femme. Il aurait du partir, mais il ne s'en sentait pas capable. Il se perdit dans l'observation de la ville qui s'étalait devant lui. Les lumières de la ville le calmaient. Il respirait bruyamment, cherchant à se remettre de ce qui venait de se passer. Le vent s'était relevé à nouveau, et il faisait presque froid maintenant. Il ferma les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léna Swan

avatar

Féminin Nombre de messages : 127
Age : 23
Célébritée de L'avatar : Nina Dobrev
Date d'inscription : 31/07/2010

MessageSujet: Re: "Rendez-vous avec le ciel" [Libre]   Ven 3 Sep - 13:59

Tout d'abord, il parut surpris. Mais comme elle l'avait imaginé, le jeune homme se mit en colère. Evidemment qu'il ne comprenait pas le comportement de Léna, pourquoi n'y avait-elle pas pensé plus tôt ? En attendant, il fallait attendre que la sentence passe. Et il lui hurla dessus:

"- Je suis malade?! Mais tu te prends pour qui? C'est moi qui suis malade alors que c'est toi qui vient de me frapper? Nan mais franchement, tu te fous de ma gueule ou quoi!? Je te préviens, tu ne léveras plus jamais la main sur moi, est-ce que c'est clair? Plus personne ne lèvera jamais la main sur moi!"

Les paroles de Gabriel eurent pour effet de mettre la jeune fille en colère. Elle entra dans une rage folle qu'elle ne montra pas tout de suite. Elle avait la rage de s'être confié à lui, la rage de sa façon de se comporter, la rage de tous ces évènements passés avec lui et bien avant... Gabriel se leva et se dirigea vers la rambarde où il tenta de se calmer. Puis il repris:


"- Je n'ai aucun problème de drogue. Je vais très bien!"

Mensonge! Il se positionna de dos à Léna, qui était dans une colère noire. Elle se leva d'un bon, s'approcha de lui lentement. Elle avait envie de détruire tout ce qui passerai sous ses mains. Une haine grandissait en elle, tel un feu radant qu'elle ne pouvait éteindre.

"- Quand vas-tu arrêter de te mentir ?! Regarde toi! Ouvre les yeux! Tu te drogues et tu bois pour oublier le passé, tu crois que je suis idiote ? Tu crois que je ne le vois pas ?! Arrête de te leurrer! T'es devenu une épave depuis que ton père a arrêté de te battre!"

Elle repris son souffle. Léna suffoquait, elle était là, haletante, tentant de lui faire ouvrir les yeux. Mais elle ne se rendit pas compte de ses paroles. Sûrement que ces dernières le mettrai dans une rage folle et qu'il irai jusqu'à la frapper, mais elle n'avait pas peur de lui. Il se rendrai compte de ses actes une fois sobre. Elle continua de s'approcher de lui. Elle l'attrapa par l'épaule et lui fit faire volte-face afin qu'il puisse la regarder en face.


"- Vas-y, frappe-moi qu'est-ce que tu attends ? Tu en meurt d'envie pas vrai ?! Et tu sais pourquoi ? Parce que t'es un alcoolique, un drogué, qui se voile la face depuis trop longtemps!"

Léna se calma un petit peu... Et d'une voix plus douce elle reprit:

"- Toi aussi tu as droit au bonheur..."

Sa voix était empreinte de tristesse. Mais elle avait dit cela tellement doucement qu'il n'avait sûrement pas du l'entendre. Et doucement, elle tendit sa joue droite. Elle l'avait provoqué jusqu'au bout. Plus rien ne pourrai être pire maintenant. Une larme coula sur sa joue. Et elle attendit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Sulivan

avatar

Nombre de messages : 122
Age : 24
Célébritée de L'avatar : Ian Somerhalder
Date d'inscription : 23/08/2010

MessageSujet: Re: "Rendez-vous avec le ciel" [Libre]   Sam 4 Sep - 5:56

Gabriel était en train d 'essayer de se calmer, respirant profondément, les yeux fermés. Jamais il ne s'était senti aussi mal depuis bien longtemps. Il venait de retourner des années en arrière, sans pouvoir arrêter d'y penser. Les cris, la peur au ventre, le sang sur ses lèvres, sur son dos. Les coups. Son père. Sa mère qui criait, qui suppliait. Les coups encore. La douleur. La peur. Puis ce jour où son père était allé plus loin, trop loin. Beaucoup trop loin. La douleur encore. La peur. La rage. L'humiliation. Les pleurs. Tout remontait. Il ne pouvait pas s'en empêcher. Il se rappelait de tout, de tout. De tout ce qu'il avait ressenti durant toutes ses années. L'envie de se venger. La mort de son père. Le bonheur enfin retrouvé. La mort de sa mère. Tout. Tout lui revint en mémoire. Il était anéanti tout simplement. A croire que le moment d'euphorie avait été de plus courte durée que prévu. La descente allait commencer, trop tôt. Tout avait été gâché. Allé venir le moment qu'il détestait avec ce produit. La descente plus désagréable que tout. L'anxiété, la tristesse, la déprime.

Il entendit la jeune femme se lever derrière lui et venir près de la rambarde. Au son de ses pas, il comprit qu'elle était énervée.


"- Quand vas-tu arrêter de te mentir ?! Regarde toi! Ouvre les yeux! Tu te drogues et tu bois pour oublier le passé, tu crois que je suis idiote ? Tu crois que je ne le vois pas ?! Arrête de te leurrer! T'es devenu une épave depuis que ton père a arrêté de te battre!"

Ses paroles eurent l'effet d'une bombe. Jamais personne ne lui avait parlé de cette manière, à part son père. Il ne comprenait pas. Pourquoi? Il en avait assez. Il n'avait qu'une envie, celle de disparaître. Il en avait assez. Le mot résonna dans son esprit. Épave. Voilà ce qu'il était à ses yeux. Une épave. Mais le pire, c'est qu'elle avait raison. Il n'était rien d'autre qu'une épave. Il le savait, mais il ne voulait absolument pas l'entendre. Il dut se retenir pour ne pas craquer, pour ne pas se laisser à pleurer toutes les larmes trop longtemps refoulées. La rage montait en lui. La douleur également.

La jeune femme lui fit faire volte-face.


"- Vas-y, frappe-moi qu'est-ce que tu attends ? Tu en meurt d'envie pas vrai ?! Et tu sais pourquoi ? Parce que t'es un alcoolique, un drogué, qui se voile la face depuis trop longtemps!"

Encore une fois, Léna avait choisit les mots qu'elle savait qui lui feraient mal. A croire que son but était de lui faire mal au plus profond de son être. Il ne comprenait pas sa rage. Il ne comprenait pas sa colère. Qu'avait-il fait pour mériter qu'elle lui parle sur ce ton?

"- Toi aussi tu as droit au bonheur..."

La jeune femme semblait s'être calmée contrairement à lui, qui était de plus en plus énervé. Elle lui tendit la joue droite, comme si elle attendait qu'il la frappe. Elle ne comprenait rien visiblement? Jamais il ne pourrait la frapper! Jamais il ne frapperait qui que ce soit! Il était peut-être un alcoolique et un drogué comme elle le disait si bien, mais jamais il ne frapperait qui que ce soit. Il sortit la bouteille, et s'enfila ce qui restait au fond. Il n'en avait plus rien à faire de ce qu'elle allait penser. C'était trop tard, elle lui avait fait trop mal. Il avait besoin de se laisser aller, de pouvoir être comme il était normalement. Lui si solitaire, avait fait l'effort de lui parler, de l'écouter, de la réconforter. Il avait même plus ou moins commencé à se confier à elle. Et elle que faisait-elle? Elle le jugeait. C'en était trop pour lui.

Dans un excès de rage, il lança la bouteille vide sur le sol. Elle éclata dans un bruit sourd. Des morceaux de verre se répandirent directement sur le toit. Il ne contrôlait plus rien. Il ne se contrôlait plus. Toute cette rage devait sortir. Maintenant. C'était soit cela, soit il choisirait la fuite, le saut, la chute.


"- Expèce de petite conne! Tu ne comprends vraiment rien à rien! De quel droit tu me juges? De quel droit hein?! Tu me connais pas! Tu connais pas ma vie! Tu sais pas ce que je vis alors comment peux-tu me juger?! De quel droit?? Tu crois que t'es mieux que moi hein c'est ca? Tu sais quoi! Vas te faire foutre!!"

La rage se lisait dans son visage. Il se retira de la rambarde et retourna vers la porte qui donnait sur les escaliers. Il se retourna avant d'ajouter:

"- Je suis pas comme mon père! Jamais je ne serais comme lui! JAMAIS! Tu entends ça?! Jamais!"

Il donna un coup de poing sur la porte pour se calmer. Il ne ressentit pas la douleur directement. Puis finalement, il ferma les yeux. Le coup lui avait fait plus mal qu'il ne le pensait au départ, et il dut s'appuyer sur la porte pour ne pas manquer de tomber dans les pommes. Finalement il se rassit sur le sol, ne prenant pas garde aux bouts de verre qu'il pouvait y avoir. Il replia les genoux sous lui, et enfouti sa tête dans ses bras. Il ne voulait plus rien voir, plus rien entendre. S'enfermer dans son monde, loin de tout, seul, à l'abri. Encore une fois, il se dit que les relations, ce n'était pas son fort. Il aurait tout donné pour être ailleurs, mais la douleur dans son poing l'empêchait de se tenir debout. Il avait vraiment frappé fort et il ne controlait pas sa force. La porte était maintenant décorée d'un creux, trace de son poing. Il attendrait que la douleur passe, avant de quitter ce toit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léna Swan

avatar

Féminin Nombre de messages : 127
Age : 23
Célébritée de L'avatar : Nina Dobrev
Date d'inscription : 31/07/2010

MessageSujet: Re: "Rendez-vous avec le ciel" [Libre]   Sam 4 Sep - 7:47

Evidemment il était fou de rage. Et elle le savait. C'était ce qu'elle voulait. Seul le fait de lui faire mal pourrai le sauver, lui faire prendre conscience de sa réalité. Le toucher en plein coeur, voila ce qu'elle désirait, même si c'était ambitieux et que cela représentait de gros risque, car elle ne connaissait pas assez bien le jeune homme pour anticiper ses réactions. Toutefois, elle s'en voulait de le faire souffrir, mais pour elle c'était le seul moyen de l'aider.

Pris de rage, il pris la bouteille, la vida d'un trait et la lança sur le sol. Les bouts de verre s'éparpillèrent partout sur le toit, et la jeune fille commençait à avoir peur. Il s'écria:

"- Expèce de petite conne! Tu ne comprends vraiment rien à rien! De quel droit tu me juges? De quel droit hein?! Tu me connais pas! Tu connais pas ma vie! Tu sais pas ce que je vis alors comment peux-tu me juger?! De quel droit?? Tu crois que t'es mieux que moi hein c'est ca? Tu sais quoi! Vas te faire foutre!! Je suis pas comme mon père! Jamais je ne serais comme lui! JAMAIS! Tu entends ça?! Jamais!"

Ses mots claquèrent sur elle tel un coup de point en pleins ventre. Evidemment, elle ne connaissait pas sa vie, et elle ne savait rien de lui, mais elle n'était pas en train de le juger, loin de là. Elle essayait simplement de lui faire prendre conscience de ce qu'il était devenu. Mais cela il ne le comprendrai que plus tard... Gabriel donna un coup de poing dans la porte du toit. Il dû se faire mal car il s'abaissa et mis sa tête entre ses bras. Et elle eut peur pour lui. Sa main était tachée de sang, il ne l'avait surement pas remarqué.


Elle examina la plaie de loin mais ça n'avait pas l'air d'être grave. Elle s'approcha lentement de lui avant de lui parler.

"- Gabriel... Je ne te juge pas... Tu ne comprends peut être pas mes actes et mes paroles, mais je fais ça pour t'aider. Je ne penses pas être mieux que toi, je penses même que c'est le contraire. Mais tout ça, tu ne le comprendra que lorsque tu sera sobre..."

Sa voix se voulait douce et rassurante, bien qu'au fond, elle avait mal. Mal des paroles et des actes de Gabriel. Mal de le voir ainsi. Léna s'accroupit devant lui et lui souleva le visage d'un geste tendre. Elle lui caressa la joue avant de reprendre.


"- Regarde-moi..."

Elle plongea son regard dans le siens avant de reprendre:


"- Tu es quelqu'un de bien. Ne laisse pas ton passé te détruire. Tu ne le mérites pas. Et puis de toute façon, je ne te laisserai pas faire... Parce que je tiens a toi plus que tu ne le penses... "

Puis elle déposa un baiser sur sa joue et repartit en direction de la rambarde. La jeune fille aurai voulu quitter le toit mais elle ne pouvait se résoudre a le laisser ici seul dans cet état. Et meme si elle souffrait, son mal passait après celui du jeune homme. Et elle attendrai. Elle attendrai qu'il fasse le second pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Sulivan

avatar

Nombre de messages : 122
Age : 24
Célébritée de L'avatar : Ian Somerhalder
Date d'inscription : 23/08/2010

MessageSujet: Re: "Rendez-vous avec le ciel" [Libre]   Dim 5 Sep - 12:27

Le jeune homme était ailleurs, déjà loin. Il n'avait qu'une seule envie en ce moment, être seul. La jeune femme lui avait fait trop de mal et cela n'arrivait pas à passer. Il avait beau essayer de se calmer, de se détendre, elle l'avait poussé trop loin. Plutôt que d'entendre ses paroles, il aurait préféré être frappé durant des heures. Il aurait eu moins mal. Il savait ce qu'il était, il le savait au fond de lui. Il n'arrivait pas à se l'avouer, à s'avouer qu'il avait replongé. Mais il ne voulait pas l'entendre. Il savait que cela ne changerait rien à la situation, à sa situation, et que d'ailleurs cela risquait de le déprimer encore plus. Et quand il déprimait... lui seul savait ce qu'il faisait dans ces cas-là.

La jeune femme s'approcha de lui, en disant:


"- Gabriel... Je ne te juge pas... Tu ne comprends peut être pas mes actes et mes paroles, mais je fais ça pour t'aider. Je ne penses pas être mieux que toi, je penses même que c'est le contraire. Mais tout ça, tu ne le comprendra que lorsque tu sera sobre..."

Il se retint de ne pas exploser. De un, elle osait dire qu'elle ne le jugeait pas, alors que c'était exactement ce qu'elle avait fait quelques minutes auparavant. De deux, elle voulait l'aider, mais là, elle ne faisait que l'enfoncer. Et pourquoi se sentait-elle obligée de l'aider? Il ne lui avait rien demandé, et elle ne lui devait rien...

Elle s'accroupit à ses côtés, et lui caressa la joue d'un geste tendre. S'en voulait-elle de ce qu'elle avait fait? Elle le regarda dans les yeux, avant de dire:


"- Regarde-moi... Tu es quelqu'un de bien. Ne laisse pas ton passé te détruire. Tu ne le mérites pas. Et puis de toute façon, je ne te laisserai pas faire... Parce que je tiens a toi plus que tu ne le penses... "

Elle déposa un baiser sur sa joue avant de retourner près de la rambarde. Il la regarda un instant sans comprendre, clignant des yeux plusieurs fois pour être sur de ce qu'il venait de se passer, de ce qu'elle venait de dire. Il se mit à sourire avant de se mettre à rire silencieusement, sans raison. Des larmes commençaient à couler de manière silencieuse sur son visage, sans qu'il ne s'en rende compte. Il avait mal, tellement mal. Il aurait tout donné pour revenir quelques heures en arrière, pour ne pas entendre les mots de la jeune femme, ces mots qui lui avaient fait tellement mal. Ces mots qui l'avaient mis dans cet état. Ses mots qui lui avaient fait si mal...

Il regarda le sol, puis se rendit compte que sa main légèrement à cause du coup qu'il avait donné sur la porte. Il trouvait cela beau. Voir son sang rougir sa main de cette manière, cela avait quelque chose de magique. Sans bouger, il murmura, sans vraiment savoir si c'était pour Léna ou pour lui-même.


"- C'est trop tard. Mon passé m'a déjà détruit. C'est trop tard. Bien trop tard... Et tu as tort. je ne suis pas quelqu'un de bien. Je suis tout sauf ça. Il ne faut pas que tu t'attaches. Tu ferais mieux de t'en aller, de m'oublier. Dis-toi que je n'ai été qu'un rêve. Un rêve qui s'envolera petit à petit, que tu auras oublier dès que tu te réveilleras."

La douleur l'avait envahie complètement, la phase de redescente était bien entamée. Il pleurait maintenant. Il ne s'en rendait pas réellement compte. Sa vision était brouillée, mais il ne savait pas pourquoi. Il s'était pourtant promis de ne plus jamais pleurer. Plus jamais. Et puis un mec qui pleure, c'est pas un mec, si?

Le vent continuait de soulever légèrement ses cheveux, il commencait à avoir presque froid. Le sang sur sa main était si beau. Ses larmes qui coulaient. Il se revit des années en arrière, seul, dans sa chambre d'enfant. Il leva la tête vers Léna et tenta de lui lancer un léger sourire. Mieux valait pour elle qu'elle l'oublit, c'était certain, il en était certain...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léna Swan

avatar

Féminin Nombre de messages : 127
Age : 23
Célébritée de L'avatar : Nina Dobrev
Date d'inscription : 31/07/2010

MessageSujet: Re: "Rendez-vous avec le ciel" [Libre]   Dim 5 Sep - 13:09

Léna se tourna face à Gabriel. Il avait été surpris de ses actes. Et elle l'était aussi. Elle n'était pas vraiment habituée à agir de la sortes, ni à dire ce qu'elle ressentait... Mais la jeune femme avait de la peine, sans qu'elle ne saches vraiment pourquoi et ce qu'elle savait, en revanche, c'était qu'elle était en train de tomber amoureuse de Gabriel. Elle s'éprenait de lui. Pourquoi ? Pourquoi lui ? Qu'avait-il de différent ? Elle l'ignorait... Le jeune homme se mit à pleurer.

*Enfin* pensa-t-elle.

Elle était "contente" qu'il se vide de sa peine, car elle savait mieux que quiconque que pleurer faisait un bien fou et aidait à oublier. Il fallait qu'il s'ouvre, qu'il lui parle. Il se rendit compte de sa plaie, et la contempla longuement comme... émerveillé ? La demoiselle le trouvait vraiment étrange comme gars, mais il avait ce truc que les autres n'avaient pas. Et dans un murmure il décréta:


"- C'est trop tard. Mon passé m'a déjà détruit. C'est trop tard. Bien trop tard... Et tu as tort. je ne suis pas quelqu'un de bien. Je suis tout sauf ça. Il ne faut pas que tu t'attaches. Tu ferais mieux de t'en aller, de m'oublier. Dis-toi que je n'ai été qu'un rêve. Un rêve qui s'envolera petit à petit, que tu auras oublier dès que tu te réveilleras."

Pourquoi voulait-il qu'elle l'oublie ? Jamais! Ce sentiment la mit dans un état de colère sans qu'elle ne comprenne vraiment pourquoi. Ces mots étaient révoltants pour elle. Il disait des sottises! Elle ne voulait pas qu'il ne soit qu'un rêve, mais sa réalité. Elle voulait s'attacher. Et puis, pourquoi se dénigrait-il ainsi ? Le travail à accomplir pour le sortir de son cauchemar serai plus dur que la jeune fille l'avait imaginé. Elle se rapprocha de lui, s'assit à ses côtés. Là, elle le pris dans ses bras, de manière à ce que la tête de Gabriel arrivât sur son épaule. Son bras l'entourant, elle lui caressa le visage de l'autre main et posa sa tête sur la sienne.

"- Je suis là... Je ne partirai pas. Je ne veux pas partir. Je ne veux pas que tu sois qu'un rêve, je veux que tu sois ma réalité, que tu hantes mes pensées. Je veux que tu me prennes dans tes bras quand je vais mal, je veux pouvoir sécher tes larmes et panser tes blessures. Je ne sais pas pourquoi, mais je le veux. Parce que même si tu penses le contraire, tu es quelqu'un de bien."

Elle avait dit cela en chuchotant, la bouche contre son oreille.

"- Et puis... J'ai besoin de toi..."

Une larme coula sur son visage. Léna ne supportait pas de le voir dans cet état. Et puis tout allait bien trop vite dans sa tête. Comment pouvait-on s'éprendre de quelqu'un aussi vite ? C'était un mystère. Mais elle savait que maintenant et plus tard, elle aurai besoin de lui. Elle savait qu'elle serai là pour lui. Peu importe s'il voulait de son aide ou pas, elle s'en fichai. Elle l'aiderai quoiqu'il en soit.

Elle resserra un peu plus son étreinte et passa sa main sur le coup et la nuque de Gabriel. Oui. Elle l'aimait. Elle ne savait pas jusqu'à quel point encore mais... elle l'aimait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Sulivan

avatar

Nombre de messages : 122
Age : 24
Célébritée de L'avatar : Ian Somerhalder
Date d'inscription : 23/08/2010

MessageSujet: Re: "Rendez-vous avec le ciel" [Libre]   Dim 5 Sep - 14:13

Alors que Gabriel s'attendait à ce que la jeune femme parte sur le champ, le laissant seul, elle eut une réaction toute différente. Elle s'approcha de lui lentement, et s'assit à ses côtés. Jusque là encore, ce n'était pas très étonnant. Mais ce qu'elle fit ensuite...Elle le prit dans ses bras. Gabriel frissonna. Il n'aimait pas le contact. Il détestait cela à vrai dire. Mais lui l'avait réconforté, elle voulait faire la même chose après tout. Il décida de ne rien dire sur son mal-aise. Cela passerait. Léna lui caressa le visage, de la main, et posa sa tête sur la sienne. Finalement, il était bien là. Cela le calmait. Il voulait oublier tout.

La jeune femme lui murmura à l'oreille. Il sentait son souffle sur sa joue. C'était étrange comme sensation.


"- Je suis là... Je ne partirai pas. Je ne veux pas partir. Je ne veux pas que tu sois qu'un rêve, je veux que tu sois ma réalité, que tu hantes mes pensées. Je veux que tu me prennes dans tes bras quand je vais mal, je veux pouvoir sécher tes larmes et panser tes blessures. Je ne sais pas pourquoi, mais je le veux. Parce que même si tu penses le contraire, tu es quelqu'un de bien."

Elle marqua une pause avant de dire:

"- Et puis... J'ai besoin de toi..."

Comment pouvait-elle s'attacher à quelqu'un comme lui? Qu'avait-il donc fait pour cela? Il ne comprenait tout simplement pas. En quoi avait-elle besoin de lui? Que pourrait-il lui apporter? Strictement rien?

Il lui lança un regard un peu perdu. Il vit dans ses yeux qu'elle était sérieuse. Elle passa sa main dans sa nuque, lui donnant ainsi un autre frisson. Au fond, cela ne le dérangeait pas tant que ça. C'était même presque agréable. La jeune femme avait la peau très douce. Il n'avait jamais été pris dans les bras d'une femme qui n'était pas sous l'influence d'une substance quelconque. C'était très différent, il devait se l'avouer. Il savait qu'il devait faire quelque chose, faire quelque chose, mais quoi? Il n'en avait absolument aucune idée. Il glissa son bras derrière le dos de la jeune femme. D'un geste qui se voulait doux. C'était la seule chose qu'il se sentait capable de faire. Cette jeune femme l'étonnait vraiment.

Il la regarda en souriant. Un petit sourire, mais sourire tout de même. Il monta sa main dans ses cheveux et les caressa lentement, très lentement. Il lui murmura à son tour:


"- Je peux être le pire des enfoirés des fois... Mais j'ai pas envie de te faire du mal, je te le jure. Jamais je ne te frapperais, jamais je ne frapperais quelqu'un. Je ne suis pas comme lui. Je ne suis pas comme mon père."

Il marqua une pause. La souffrance était visible dans sa voix.

"- J'ai tellement mal si tu savais... Tellement mal... Je crois que j'aurais plus besoin de toi que l'inverse!"

Il lança un petit sourire. jamais il n'avait autant parler de lui à quelqu'un. Jamais il n'avait osé aborder ses souffrances, jamais. Mais avec Léna, c'était différent, c'était sorti tout seul, comme si c'était naturel de s'ouvrir à elle. Pourquoi, il n'en savait rien, mais c'était un fait. Il avait encore sa main dans ses cheveux. Sa présence lui était agréable. Il commencait seulement maintenant à s'en rndre compte, mais il apréciait la présence de la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léna Swan

avatar

Féminin Nombre de messages : 127
Age : 23
Célébritée de L'avatar : Nina Dobrev
Date d'inscription : 31/07/2010

MessageSujet: Re: "Rendez-vous avec le ciel" [Libre]   Dim 5 Sep - 14:46

Au début, il eut ce petit mouvement de recul auquel Léna s'attendait. Mais au fur et à mesure des mots et des gestes de celle-ci, il se détendit, comme s'il prenait goût aux caresses et à la tendresse. A vrai dire, elle avait tellement gardé de choses pour elle depuis 8 ans qu'elle avait des tas de choses à offrir, et sa tendresse et son amour étaient les choses dont elle avait le plus à revendre. Gabriel lui lança un regard perdu, puis passa son bras autour du dos de la jeune femme.

Elle frissonna, espérant qu'il l'appréciait lui aussi. Puis un petit sourire se fraya un chemin sur les lèvres du jeune homme. Sa main monta et caressa les cheveux de Léna. Là encore, elle frissonna de plaisir. Elle se sentait si bien... Et c'était la première fois qu'un autre homme que... son père... lui adressait un geste doux.


"- Je peux être le pire des enfoirés des fois... Mais j'ai pas envie de te faire du mal, je te le jure. Jamais je ne te frapperais, jamais je ne frapperais quelqu'un. Je ne suis pas comme lui. Je ne suis pas comme mon père."

Il fit une pause. Il souffrait, c'était certain, mais il reprit tout de même.


"- J'ai tellement mal si tu savais... Tellement mal... Je crois que j'aurais plus besoin de toi que l'inverse!"

Les mots du jeune homme la touchèrent énormément. Ces paroles lui faisaient plaisir. Et elle se sentit rougir. Elle n'avait évidemment pas l'habitude de faire les premiers pas, mais là, elle l'avait fait. Pour lui. Pour elle. Peur eux. Gabriel lui adressa un autre petit sourire et Léna lui sourit en retour. Elle appuya sa tête contre la main du jeune homme en guise de signe de tendresse. Puis elle se leva, pris soins de dégager les bouts de verre qui se trouvaient par terre, puis étala la couverture sur le sol. Elle pris la main non blessée du jeune homme et le fit se relever.


"- Viens"

Elle lui sourit, puis le fit s'allonger par terre sur le dos, au dessus du morceau de tissus. La jeune fille se coucha contre lui et posa sa tête sur son torse (sur le côté gauche de Gabriel si on se met à sa place). Un instant elle observa le ciel un instant et le trouva magnifique.

"- Tu sais, je suis désolée de t'avoir blessé, vraiment... Si tu savais comme je m'en veux... Ce n'était pas mon but premier. Je ne veux pas te voir souffrir, Gabriel. Je te crois lorsque tu dis que tu ne me frappera jamais, je te fais confiance."

Elle marqua une pause, chercha ses mots, et repris:

"- Et je comprends que tu aies mal... Mais je suis là, je suis là pour ne plus que tu souffres. Je suis là, pour t'aider et être à tes côtés. Enfin, seulement si tu veux bien de moi..."

Elle lui lança un sourire franc. La jeune fille se mit sur le ventre et passa sa main gauche sur nuque du jeune homme. Plongeant son regard dans le siens, elle l'observa d'un regard profond, un regard mystérieux pleins de sentiments divers comme la tendresse, le désir, la joie, la compassion... etc. Elle observa le jeune homme et pour la énième fois, elle le trouva magnifique.

Léna se sentait bien. Elle se sentait vivante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Rendez-vous avec le ciel" [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
"Rendez-vous avec le ciel" [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» rendez-vous avec le diable - kélia&xénosis
» [Terminé] Premier rendez vous avec Samus
» Un rendez-vous sanglant. [Faith]
» rendez-vous a 2 setaka et elbastino
» Rendez-vous commercial

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pensionnat Little Tie :: L'universitée de Little Tie :: Le Campus :: Le toit-
Sauter vers: