AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 "Rendez-vous avec le ciel" [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Gabriel Sulivan

avatar

Nombre de messages : 122
Age : 24
Célébritée de L'avatar : Ian Somerhalder
Date d'inscription : 23/08/2010

MessageSujet: "Rendez-vous avec le ciel" [Libre]   Mer 25 Aoû - 4:09

Gabriel était déterminé à se trouver un coin dans le campus où il pourrait être tranquille, et il pourrait s'adonner à ses activités préférées. Il avait déjà fait le tour du bâtiment, cherchant ce petit coin de paradis en vain. Trop lumineux, trop de monde, où tout simplement trop visible, bref aucun endroit qui lui convenait, pour ce qu'il voulait y faire. Il avait alors décidé de monter le plus haut possible, là-haut au moins il serait à l'air libre, il pourrait avoir l'impression de voler. Comme un oiseau.

Tout en montant les marches quatre à quatre, Gabriel se demandait ce que cela faisait de voler. Se laisser tomber dans le vide, sentir le vent dans ses cheveux, dans tout son corps. Voir le sol s'approcher tout doucement de son visage. Ça devait être une expérience extraordinaire. Il se promit d'y réfléchir un jour. Ça devait valoir le coup d'essayer, mais pas tout de suite.

Il ouvrit la porte qui donnait sur le toit, et c'était exactement ce à quoi il s'attendait, ce qu'il espérait. Une grande surface, avec une vue magnifique sur la ville, et surtout un endroit dans lequel il pourrait être tranquille.

Refermant la porte derrière lui, il s'assit au milieu du toit, regardant le ciel. Puis il s'allongea sur le dos, à même le sol. Le ciel était beau, bleu, sans aucun nuage à l'horizon. Le jeune homme se mit à sourire bêtement, avant de sortir une petite bouteille de sa poche, d'en boire une quantité non négligeable, avant de la refermer et de la ranger. Il était bien là. Il sentait les légers gravier dans son dos, à travers sa chemise. Le vent ne l'atteignait pas, puisqu'il était allongé à même le sol. Il ne voyait rien d'autre que ce ciel bleu. Une mèche de cheveux lui glissa devant les yeux, il ne prit même pas la peine de la remettre à sa place. Il avait trouvé son endroit. Son endroit, celui dans lequel il se réfugierait dès qu'il en avait besoin, celui dans lequel il pourrait faire ce qu'il souhaitait.

Il ouvrit les bras, s'étendant de tout son long. Il était vraiment bien, rien ne pouvait le dérangeait à ce moment-là. Aucun bruit ne venait le dérangeait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léna Swan

avatar

Féminin Nombre de messages : 127
Age : 23
Célébritée de L'avatar : Nina Dobrev
Date d'inscription : 31/07/2010

MessageSujet: Re: "Rendez-vous avec le ciel" [Libre]   Jeu 26 Aoû - 5:18

Léna venait d'arriver dans le Campus de l'université Little Tie. Bien évidemment, elle était passée dans le bureau du proviseur afin de vérifier que tout était en règle. Son nouveau départ, sa nouvelle vie, tout devait être parfait, du moins, elle espérait que ça le serai. Partout autour d'elle, les gens braillaient, riaient, s'agitaient si fort qu'elle en eut mal au crâne. Léna savait qu'elle deviendrai populaire en moins de temps qu'il ne fallait pour le dire, et cette perspective ne l'enchantait pas tant que ça. Peut être serait-elle traitée comme une "gosse de riche" une nouvelle fois, mais cet endroit lui semblait différent. Autour d'elle, des adolescents et jeunes adultes riches se côtoyaient, elle y trouverai peut-être sa place.

La jeune fille chassa ces idées de la tête et se lança a la recherche d'un endroit calme et paisible où elle pourrai se reposer tranquillement, faire le vide dans son esprit et se préparer à affronter les autres. Elle arpenta les couloirs du campus jusqu'à y trouver des escaliers qu'elle grimpa, et au bout desquels se trouvait une porte massive. Léna hésita à l'ouvrir.


* Et si jamais cet endroit était défendu aux élèves ? * se demanda-t-elle. * Non, si haut, je penses qu'il y a plus de chance pour que cette porte tombe sur le toit plutôt que sur une salle réservée. * se dit-elle. * Oh et puis zut! J'y vais *

La jeune fille aux cheveux bruns approcha sa main de la poignée et ouvrit la porte tout doucement, afin de ne pas faire de bruit. Un instant, elle eut peur qu'une horde d'élèves se trouve derrière la porte et elle se vit, les regards braqués sur elle seule. Mais ce n'était pas le cas. Derrière la porte se trouvait bel et bien le toit. Elle passa la porte silencieusement et la referma derrière elle.

Le vent caressa sa soyeuse chevelure et fit voler sa fine robe en dentelle blanche. Elle toisa l'endroit désert, jusqu'à ce que son regard heurte un jeune homme, allongé au beau milieu du toit, la bouteille à la main. Son premier instinct fut de faire un pas en arrière, mais le bruit des graviers crissants sous ses talons sembla raisonner dans le silence tel un tonnerre fracassant. Peu à l'aise, elle ne quitta pas le jeune homme des yeux. Il avait l'air beau, très beau, mais impossible d'en juger sans voir son visage. Tentant une approche, elle lança:

"- Excuse moi si je t'ai dérangé, je..."

Mais sa phrase resta en suspens. Elle se sentait idiote. Ce n'était qu'un jeune homme comme les autre. Il fallait bien qu'elle se fasse à l'idée de rencontrer de nouvelles personnes. Elle arbora une posture plus décontractée, comme si elle était à l'aise, le regard pétillant, attendant une réaction de la part du jeune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Sulivan

avatar

Nombre de messages : 122
Age : 24
Célébritée de L'avatar : Ian Somerhalder
Date d'inscription : 23/08/2010

MessageSujet: Re: "Rendez-vous avec le ciel" [Libre]   Jeu 26 Aoû - 13:28

Gabriel était en train de se demander combien de temps il allait rester ici, sur ce toit, allongé au sol. Après tout, il pouvait très bien y rester toute la journée, toute la nuit peut-être aussi. Qui ou quoi l'en empêcherait? La faim, la soif? Non, aucun des deux, il avait sa bouteille pour lui tenir compagnie, donc il n'aurait ni faim, ni soif durant les prochaines heures, son estomac étant rempli uniquement de ce flot ultime et délicieux que représente la Vodka. Personne ne savait qu'il était là, donc personne ne le chercherait. Personne non plus n'aurait l'idée d'aller sur le toit de l'université. Du moins, c'est ce qu'il pensait. Il eut un léger doute lorsqu'il crut entendre la porte s'ouvrir. Alors que le silence résonnait avant tout autour de lui, voilà maintenant un léger grincement qui se fit entendre. La porte qui donnait sur le toit. Se serait-il trompé? Cet endroit ne serait-il donc pas l'endroit calme et tranquille qu'il avait imaginé?

Le jeune homme ne prit même pas la peine d'ouvrir les yeux. Après tout, soit il y avait vraiment quelqu'un, soit il avait rêvé. Peut-être l'alcool faisait-il déjà effet? Cela l'étonna, car après tout, il n'en était pas encore arrivé à sa dose limite, à partir de laquelle il ne contrôle plus rien... Donc il n'avait pas rêvé, et quelqu'un venait d'ouvrir la porte. Et cette personne le fixait à présent. Encore une fois, il ne bougea pas. Soit la personne verrait qu'il n'avait pas envie de parler, ni de bouger, et repartirait d'elle-même, soit, elle resterait et tenterait d'engager la conversation. Dans tous les cas, son état de tranquillité avait été brisé, et il ne parviendrait plus à l'obtenir à nouveau.

Et puis, il entendit un autre bruit, qui brisa le silence qui s'était réinstallé. Un bruit de pas, dans le gravier. Au bruit, Gabriel eut l'impression que la personne qui le regardait était une femme, puisqu'il crut entendre un bruit de talon aiguille. Il se mit à sourire bien malgré lui, imaginant ce qui pouvait bien se passer dans la tête de cette femme. Se sentait-elle gênée, ou au contraire était-elle étonnée de trouver quelqu'un à cet endroit, et dans cette position? Puis il se demanda comment elle était. Était-elle grande ou petite, brune ou blonde, classique ou excentrique? Trop de questions qui resteraient sans réponse s'il n'ouvrait pas les yeux.

La voix de la jeune femme résonna soudain. Une voix claire, et agréable à entendre. Elle venait de s'excuser. S'excuser de quoi? Gabriel fut étonné, peu habitué à ce que quelqu'un s'excuse devant lui. S'en était trop pour sa curiosité. Il ouvrit les yeux soudainement, et tourna la tête vers la jeune femme sans un mot, sans un bruit. Elle se tenait en face de lui. Elle avait l'air décontractée, très à l'aise. Elle était jolie. Ses longs cheveux bruns voletaient sous l'effet du vent, de même que sa robe légère. Ses yeux pétillants étaient posés sur Gabriel, comme si elle attendait qu'il réagisse.

* Définitivement jolie. * pensa t-il.

Gabriel se demandait quel âge elle avait. Était-elle plus jeune ou plus âgée que lui? Il savait qu'il devait dire quelque chose, n'importe quoi, pour briser le silence qui s'était réinstallé. Il se rendit compte qu'il avait encore sa bouteille à la main, mais il ne fit aucun effort pour la cacher. Peut-être devrait-il lui en proposer? Pas sur qu'elle accepte... Il devait dire quelque chose, ou peut-être bouger. Mais il n'avait pas envie de se lever. Le sol était agréable.


"-Pas grave." murmura t-il.

Se rendant compte que sa remqreu courte pourrait être pris comme de la froideur, il se reprit en souriant, du mieux qu'il pu:


"- J'écoutais le vent... C'est agréable... Tu veux essayer?"

Il plongea son regard dans le sien. Elle avait l'air sympathique, et il s'était promit d'essayer de créer un contact avec quelqu'un. Pour changer. Pour sa nouvelle vie. Pour que sa nouvelle vie ne soit pas tout à fait identique à l'ancienne, même si la bouteille à ses côtés lui prouvait que c'était déjà mal parti...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léna Swan

avatar

Féminin Nombre de messages : 127
Age : 23
Célébritée de L'avatar : Nina Dobrev
Date d'inscription : 31/07/2010

MessageSujet: Re: "Rendez-vous avec le ciel" [Libre]   Ven 27 Aoû - 3:41

Léna resta comme cela quelques secondes qui lui parurent une éternité. Un instant, elle crut que le jeune inconnu aller l'envoyer balader, lui demandant de quitter le toit et de le laisser tranquille, mais il ne le fit pas. Une fois la phrase de Léna achevée, il se tourna d'un coup vers elle, sans un mot, sans un bruit. Il la contempla. Elle fut déconcertée par la beauté frappante de ce jeune homme. Celui-ci avait des yeux d'un bleu profond, et une magnifique chevelure noire. Elle sentit son ventre se nouer.

* Il est… Si… Beau * pensa-t-elle.

Elle se ressaisit afin qu'il ne puisse pas deviner ses pensées, mais peut être un peu trop tard. Sans qu'elle ne s'en rende compte, le rouge lui était monté aux joues. Elle espérait qu'il n'avait rien remarqué. A nouveau, le silence s'installa. Etait-il gêné de sa présence ici ? A vrai dire, Léna était déboussolée. Cette rencontre lui avait fait oublier la raison pour laquelle elle était venue se retirer dans un endroit paisible.

* Voyons, ressaisit-toi! Ce n'est qu'un mec. Les mecs, ça vaut rien, tu as déjà assez souffert ma grande! Ne retombe pas dans le panneau! * Se dit-elle.

Dans un murmure, il l'excusa. Puis il du se rendre compte qu'il avait été froid car il ajouta:

"- J'écoutais le vent… C'est agréable… Tu veux essayer ?"

Ses paroles avaient été agrémentées d'un sourire maladroit, ce qui fit sourire Léna gentiment. La voix du jeune homme était envoutante et profonde. Le regard azur de ce dernier se plongea dans celui de la jeune fille. Ce garçon lui plaisait bien. Il avait l'air plutôt sympathique, si on éloignait le fait qu'il avait surement des problèmes liés à l'alcool. Habituellement, elle n'aurai pas accepté, mais là, là c'était différent. Afin de lui faire comprendre que sa réponse était positive, elle lui lança un sourire ravageur, et s'avança vers lui, puis s'assit à ses côtés. Ses mouvements étaient fluides et habiles. Elle n'avait fait aucun faux pas. Elle était charmeuse dans ses gestes et ses paroles, mais elle l'ignorait. Pour elle, c'était totalement naturel.

Une brise caressa ses cheveux. Léna ferma les yeux et leva un peu la tête comme pour mieux apprécier les caresses du vent. Puis, d'une voix douce et calme, elle demanda:

"- Comment t'appelles-tu ?"

Elle ouvrit les yeux et tourna la tête vers lui, avide de réponses. Elle se demandait qui était ce bel inconnu. Elle voulait savoir tant de choses. Léna savait qu'en venant ici, elle devrait se faire de nouveaux contacts, nouer de nouveaux liens, écrire des nouvelles histoires. Elle devait repartir à zéro. Et c'était pas de chance pour le jeune homme, car c'était sur lui que c'était tombé. Elle voudrai le connaître, et à tout prix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Sulivan

avatar

Nombre de messages : 122
Age : 24
Célébritée de L'avatar : Ian Somerhalder
Date d'inscription : 23/08/2010

MessageSujet: Re: "Rendez-vous avec le ciel" [Libre]   Ven 27 Aoû - 7:20

Gabriel eut l'impression, fugace certes, mais tout de même, que la jeune femme avait légèrement rougie lorsqu'il l'avait regardé. L'avait-il intimidé? Pourtant il n'avait rien fait pour. Il n'avait absolument pas voulu. Ou peut-être avait-il rêver? Peu importait à vrai dire. Quand il lui avait proposé, indirectement, de le rejoindre, il s'attendait à ce qu'elle s'en aille, ou à ce qu'elle le prenne pour un fou, voire même peut-être les deux. Mais non, rien de tout cela. Elle lui avait sourit. Un sourire franc, un sourire très féminin, un sourire très agréable. Elle semblait aussi à l'aise que Gabriel était étonné. Il pensait que sa bouteille la rebuterait, mais non, elle s'assit à ses côtés, sans même y faire une allusion.

Gabriel s'assit à son tour. Être couché n'était pas une très bonne position pour parler, et il allait surement devoir parler. La jeune femme était très agréable à regarder, et il ne s'en priva pas. Il laissa son regard descendre sur ses longs cheveux bruns qu'elle avait très raide. Elle ne semblait pas superficielle contrairement à la grande majorité des jeunes femmes de cet âge-là. Par chacun de ses gestes, elle montrait qu'elle était à l'aise, bien dans sa peau, bien dans sa vie. Chacun de ses gestes était naturel, spontané, presque charmeur.

*Très intrigante * pensa le jeune homme.

Il laissa son regard se perdre sur son visage, quand soudainement, elle se tourna vers lui, et lui demanda de sa voix très claire:

"- Comment t'appelles-tu ?"

Question habituelle lorsqu'on rencontre quelqu'un. Quoiqu'on pouvait souvent s'en passer. A t-on besoin d'un nom pour connaître quelqu'un? Souvent les noms reflètent des choses que l'on aimerait bien cacher. Son milieu d'origine parfois. Dans son cas, son nom était celui de son père. Et il s'en serait bien passé. A vrai dire, il avait cherché à en changer, mais il n'y avait pas de raison valable selon la secrétaire à qui il s'était pas adressé.

Gabriel plia les genoux sous lui, et les entoura de ses bras, tenant toujours sa bouteille à la main. Au cas où...

D'une voix calme, il répondit à sa question.


"- Gabriel."

Le jeune homme ne lui donna pas son nom de famille, car le prononcer était trop pour lui. il lança un regard à la jeune femme. Il aimerait bien mettre un prénom sur son visage. Pour la graver en lui. Comment s'appellait-elle? D'où venait-elle? Quel âge avait-elle? Et surtout qui était-elle? tant de questions qui resteraient sans réponse si il ne les posait pas.

"- Et toi?"

Alors qu'il ne la connaissait pas, il avait l'impression de pouvoir lui faire confiance. mais il ne prendrait pas le risque. pas tout de suite en tout cas. La peur d'être trahi était trop forte...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léna Swan

avatar

Féminin Nombre de messages : 127
Age : 23
Célébritée de L'avatar : Nina Dobrev
Date d'inscription : 31/07/2010

MessageSujet: Re: "Rendez-vous avec le ciel" [Libre]   Ven 27 Aoû - 9:26

Le jeune homme s'était assis, à côté de Léna. Elle sentait son regard sur elle, ce qui la gêna, mais elle ne montra rien. Elle ne voulait pas se montrer vulnérable, faible. Mais l'était-elle ? Le fait d'être gêné la rendait-elle faible ? Peut être pas. Mais depuis la mort de ses parents, Léna avait appris à dissimuler chaque émotion forte. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait plus ouvert son coeur, et ça lui avait coûté la perte de nombreuses relations. Et la souffrance était devenue une "amie". La plus fidèle de toutes. Et pourtant... Qui aurait pu s'en douter ?

Le jeune inconnu semblait se perdre dans ses réflexions. Peut-être cette question le blessait-il ? Etrange. Ce n'était qu'un mot. Quelques syllabes. Quelques sonorités qui permettraient à Léna de le rendre unique. De pouvoir le nommer, mettre un nom sur son visage. Il ramena ses jambes contre lui, les enlaçant de ses bras. Léna remarqua qu'il n'avait toujours pas posé sa bouteille. Apparemment, il était accro. Peut être n'arrivait-il pas à s'en sortir ? Dans tous les cas, la jeune fille l'accepta. Elle savait que dans tous les cas, partir en courant pour une simple bouteille de... Vodka - apparemment - ne serait bien ni pour l'un, ni pour l'autre...

"- Gabriel."

Sa voix était calme. Toujours aussi enivrante. Il avait donné son prénom. Juste son prénom. Un prénom aux sonorités douces et apaisante. C'était le nom d'un ange, ce qui la fit rire intérieurement car, à en juger par la bouteille d'alcool et de sa barbe repoussante, il n'avait pas l'étoffe d'un saint. Mais la jeune fille n'avait rien besoin de plus pour l'instant. Elle le regarda dans les yeux. Son regard plongea loin au fond du sien. Elle fit cela dans le but de graver son image au plus profond d'elle même. Le premier cliché de sa nouvelle vie.


"- Et toi ?"

Une bourrasque ébouriffa la dense chevelure de la demoiselle, dont une mèche venait d'atterrir devant ses yeux. Et de sa voix douce elle répondit:

"- Léna."

Elle non plus, elle n'avait pas cité son nom de famille, mais elle ne l'avait même pas remarqué. Pour elle, il n'était pas nécessaire de donner son nom à tout le monde. Seul le prénom importait. Elle se fichait de savoir qui était "fils de" qui. Et si Léna avait donné cette information, Gabriel aurait probablement reconnu ce nom. Sa famille faisait partie des plus riches du pays, et jusque là, elle n'avait pas l'intention de se monter la même réputation qu'auparavant.

Quel âge avait-il ? Qui était-il ? D'où venait-il ? Quel secret gardait Gabriel ? Quel mal le faisait souffrir ? Léna ne faisait pas parti de ceux qui croient qu'on est ce qu'on dit être. Elle savait que chacun avait des secrets. Elle voulait réellement en savoir d'avantage sur lui. Elle voulait pouvoir lui parler, nouer des liens solides. Mais, peut-être que ce n'était pas ce que Gabriel voulait. Trop de questions se bousculaient dans sa tête. Elle brisa le silence une seconde fois.


"- Quel âge as-tu ?"

Question banale. Trop banale. Elle devait être atrocement ennuyeuse. Et elle s'en voulu de ne pas être quelqu'un de distrayant. Elle secoua la tête afin de chasser ses pensées, mais quelqu'un de l'extérieur aurai pu penser qu'elle agitait simplement sa chevelure. Peut importe. Personne n'avait vraiment su parvenir aux portes de son coeur. Ce n'était pas maintenant que ça allait changer. A moins que...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Sulivan

avatar

Nombre de messages : 122
Age : 24
Célébritée de L'avatar : Ian Somerhalder
Date d'inscription : 23/08/2010

MessageSujet: Re: "Rendez-vous avec le ciel" [Libre]   Ven 27 Aoû - 12:50

La jeune femme le fixa quelques instants après qu'il lui ait donné son prénom. Elle le regardait droit dans les yeux, comme si elle cherchait à le sonder, à sonder son esprit, du moins, c'est l'impression qu'il avait. Peut-être que ce n'était pas le cas, peut-être qu'elle cherchait juste à le regarder droit dans les yeux, sans but précis. Mais ce regard le gêna légèrement. Il avait clairement l'impression qu'elle cherchait à lire en lui, et il n'y avait pas que des belles choses à y voir. Il pensa à se relever, et à partir sur le champ pour se protéger, et pour la protéger. Mais il ne le put. C'était comme s'il devait rester pour accomplir quelque chose. Terminer cette conversation, lier quelque chose avec la jeune femme, ou tout autre chose. Toujours est-il qu'il devait rester assis ici.

Il observa qu'une mèche de cheveux de la jeune femme vint se mettre en travers de son regard. Il observa cette mèche, la voyant bouger avec le vent, se demandant si la jeune femme allait l'enlever ou la laisser ainsi.


"- Léna."

Il lui lança un regard un peu perdu, trop occupé à regarder cette mèche, il ne se souvenait plus vraiment ce qu'il avait demandé. Son prénom. Bien évidemment, c'était cela. Un joli prénom, peu commun. Léna. Il se répéta ce prénom mentalement plusieurs fois, afin de le retenir, et de le graver dans son esprit. C'était la première étudiante qu'il croisait. Était-elle une étudiante au fait? Vu son âge, oui surement. Mais dans quel domaine? Suivrait-il les mêmes cours qu'elle?

"- Quel âge as-tu ?"

Question logique qui suivait l'ordre des choses. Il fallait bien apprendre à se connaître au fond, et ces questions étaient faites pour ça.


"- Je viens d'avoir 18ans."

Il savait qu'il en paraissait plus, on le lui disait souvent. Les épreuves qu'il avait rencontré au fur et à mesure de sa vie l'avaient marquées bien trop tôt.

Il hésita cependant à lui retourner la question, bien qu'il mourrait d'envie de connaître la réponse, afin de savoir si elle était plus âgée que lui ou non, mais cela ne se faisait pas de demander son âge à une femme. Mais à leur âge, cela comptait-il? Oui surement. Il avait déjà du paraître grossier lorsqu'il lui avait répondu la toute première fois, et elle devait surement se poser des questions, même si elle ne les disait pas à voix haute. Ce n'est pas tous les jours que l'on trouve un jeune homme allongé sur un toit, les yeux fermés, une bouteille à la main. Même si elle ne disait rien, elle devait se poser de nombreuses questions sur le pourquoi de la chose, et à ses yeux, il devait surement passer pour un illuminé ou quelque chose de ce genre. Alors si en plus, il posait une question à ne pas poser...


"- Je sais que cela ne se fait pas, mais je te retourne la question..."

*Voilà comment réellement passer pour un imbécile!* pensa t-il.

Il n'avait décidément pas l'habitude de mener une discussion. Une gorgée supplémentaire d'alcool l'aiderait surement, mais il ne pouvait pas se permettre de faire cela devant Léna. Cela ne l'aurait pas gêné lui, il avait l'habitude, mais il ne voulait pas la gêner elle, et quelque chose lui disait qu'elle n'apprécierait guère de le voir boire juste devant elle.

Il décida de se lancer, il devait savoir s'il la reverrait ou non.


"- Tu fais quoi comme étude?"

Il espérait secrètement que cela serait les mêmes que lui. Au moins, cela voudrait dire qu'il connaitrait au moins une personne.

Gabriel détourna son regard pour se perdre dans la contemplation d'un gravier quelconque. Il venait de faire ce qui lui semblait être un effort surhumain: il venait de poser deux questions à quelqu'un qu'il venait de rencontrer. Il appréciait le fait qu'elle ne l'avait pas juger directment, alors qu'elle en avait des raisons. Cette jeune femme était très agréable, et il appréciait sa compagnie, même s'ils ne se connaissaient pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léna Swan

avatar

Féminin Nombre de messages : 127
Age : 23
Célébritée de L'avatar : Nina Dobrev
Date d'inscription : 31/07/2010

MessageSujet: Re: "Rendez-vous avec le ciel" [Libre]   Sam 28 Aoû - 3:45

Léna observait Gabriel. Durant les quelques instant où elle avait plongé son regard dans celui du jeune homme, elle eut l'étrange sensation qu'il voulait partir, qu'elle le gênait. Elle voulu alors détacher son regard de ses yeux azurs, mais pour tout dire, elle en fut incapable. Totalement envoutée par ce dernier, elle scrutait chaque détail, chaque parcelle de lui qu'elle graverai en elle. Mais sentant le mal être de ce dernier une fois de plus, elle détourna la tête. Elle sentait son regard sur elle, et se senti rougir. Au moment où elle dit son prénom, Gabriel semblait loin dans ses réflexions et plutôt concentré sur la mèche de cheveux qui cachait le visage de Léna. Elle ne l'enleva pas de devant ses yeux. Elle voulait lui laisser une possibilité d'approche.

* On ne sait jamais * pensa-t-elle.

Lorsque Gabriel lui dit qu'il avait 18 ans, elle ne put s'empêcher d'être surprise. Il en paraissait bien 22 voire 25. On avait souvent dû le lui dire, la jeune brune ne lui fit donc aucune remarque la dessus. Il sembla hésitant avant de rompre le silence:

"- Je sais que cela ne se fait pas, mais je te retourne la question..."

Léna fut surprise une seconde fois. Elle ne comprenait pas le fait "qu'on ne devait pas demander son âge à une dame". On demandait bien l'âge des hommes, pourquoi pas des femmes ? Elle était d'accord avec le fait que cela ne se faisait plus à partir d'un certain âge mais là, elle était jeune. Cette question ne la gênait donc pas. Mais au moins elle savait que Gabriel était polis. Ce n'était pas un dépravé sans sens de la galanterie. Elle lui répondit dans un sourire franc:

"- J'ai 18 ans aussi"

Elle se demanda soudain si elle aurai cours avec lui. Evidemment l'âge ne voulait pas dire grande chose, mais le fait qu'ils avaient le même rajoutait une chance qu'ils soient ensemble. Elle allait alors lui demander qu'elles études il suivaient lorsqu'il demanda de sa voix grave:

"- Tu fais quoi comme étude?"

Léna lacha son petit rire cristallin qui raisonna dans le silence du toit. Elle contempla le profil de Gabriel, tout en gardant son sourire sur ses lèvres. Son ventre se serra. Il était si beau... Puis elle détourna la tête et observa la tour Eiffel. La dernière fois qu'elle y était allée, c'était avec ses parents... Ses parents... C'était aussi pour eux qu'elle voulait suivre des études de Lettres. Les larmes lui montèrent aux yeux, mais elle les ravala, espérant que Gabriel n'avait rien remarqué, puis lui répondit d'une petite voix.

"- J'allais justement te poser la même question. Je suis des études de lettres. Et toi ?"

Elle posa sa joue contre ses genoux de façon à ce que son regard portait vers lui. Léna espérait vraiment qu'ils seraient en cours ensemble. Durant un instant, elle se vit assise non bien loin de lui en cours. Ce serai la seule personne qu'elle connaîtrai.

* Arrête ça de suite ma pauvre fille. Les mecs ne valent rien. *

Mais elle ne put s'empêcher d'espérer. Elle se lança dans la contemplation du sol. Le vent ramena ses cheveux devant ses yeux, qu'elle ferma. Et elle apprécia ce moment qu'ils vivaient. Parce que même si Gabriel n'était qu'un inconnu, elle se sentait bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Sulivan

avatar

Nombre de messages : 122
Age : 24
Célébritée de L'avatar : Ian Somerhalder
Date d'inscription : 23/08/2010

MessageSujet: Re: "Rendez-vous avec le ciel" [Libre]   Sam 28 Aoû - 7:57

Gabriel ne put s'empêcher de remarquer qu'elle avait été étonnée en entendant son âge, bien qu'elle n'ait rien dit. Ainsi elle aussi le pensait plus vieux que ce qu'il était réellement. Peut-être que c'était à cause de sa barbe qu'il n'avait pas pris le temps de raser. Non, même sans il paraissait plus vieux. De toute façon, il ne pouvait rien y faire. Il passa la main sur son menton un moment. Il se demandait quelle image de lui avait les gens qui le croisaient dans la rue. Donnait-il l'image de quelqu'un de sur de lui ou au contraire celle de quelqu'un totalement perdu? Il espérait que l'on ne pouvait pas lire sur son visage ce qu'il pensait, ce qu'il ressentait.

Léna lui dit qu'elle avait le même âge que lui. Cela ne l'étonnait pas. Pourtant, elle avait encore quelque chose d'enfantin dans le regard. Une petite lueur, bien cachée, mais pourtant présente. Mais son regard était bien plus troublant que cela. Elle avait un regard qui trahissait une grande douleur. D'où cela venait-il? Pourquoi? Qui lui avait fait du mal à ce point? Gabriel hésita à lui proposer une gorgée d'alcool, peut-être cela la calmerait...

Lorsqu'il lui avait demandait quelles études elles allait suivre, un rire s'était échappé de sa bouche. Un rire si doux à l'oreille. Un rire qu'il adorait entendre. Cela faisait si longtemps qu'il n'avait pas ri. Cela lui fit du bien d'entendre ce rire. Mais tout à coup, il vit son regard s'obscurcir. Comme si la tristesse venait de la gagner entièrement. Qu'avait-il dit, ou fait, qui amenait cela?

"- J'allais justement te poser la même question. Je suis des études de lettres. Et toi ?"

Visiblement elle se posait les mêmes question que lui. Mais ce qui était encore plus intéressant, c'est qu'elle suivait des études de Lettres. C'était intéressant pour deux choses. La première, c'est qu'ils allaient se retrouver ensemble. La deuxième, c'est que quelqu'un qui s'intéressait aux lettres était quelqu'un d'intéressant aux yeux du jeune homme. Sans les livres, il n'aurait pas tenu, si bien qu'ils tenaient un rôle très importants dans sa vie. Il se demandait si pour la jeune femme, cela jouait aussi un rôle important, mais il savait que si il abordait le sujet, il serait surement obligé à son tour de confier le rôle que les livres tenaient dans sa vie. Et il n'avait pas envie de parler de cela, car il savait très bien ce qui se passait lorsqu'il pensait à ça.

Il tourna la tête vers elle avant de lui répondre. Il se posait tant de questions sur elle. Elle le regardait. Lui aussi la regardait. Son regard le troublait, il aimerait vraiment savoir d'où provenait cette tristesse qu'il avait entrevu tout à l'heure. Il imita sa position, posant sa tête sur ses genoux pour la regarder. Il cherchait à voir quelque chose qui pourrait le mettre sur la voie, mais rien ne transparaissait, à croire qu'il avait rêvé tout à l'heure.


"- Moi aussi. Moi aussi je fais des Lettres."

Il lui lança un sourire maladroit. Mais elle n'avait pas du le voir vu qu'elle avait fermé les yeux. Sa mèche de cheveux était encore devant ses yeux. Il la regardait se balader au gré du vent. Devait-il lui enlever cette mèche ou pas? Depuis un moment, il la regardait, mais il ne savait pas s'il devait ou non. Oh et puis après tout. Il remit la mèche de la jeune femme derrière son oreille d'un geste très calme. Se rendant compte de ce qu'il venait de faire, il s'excusa rapidement:

"- Je suis désolé, je n'aurais pas du, c'est juste que... ça me perturbait..."

*Alors là, bravo, je suis vraiment passé pour un imbécile!*

Il n'avait qu'une envie à ce moment-là, boire une gorgée d'alcool pour se donner de l'assurance. Pour avoir l'air moins bête surtout. Mais comment réagirait-elle si il le faisait? Il la connaissait à peine, mais il se souciait de ce qu'elle pourrait penser de lui.
Il détourna le regard et regarda au loin devant lui, sans vraiment le regarder. Son regard était perdu dans le vide. Le vent lui soulevait les cheveux. Il ne bougeait plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léna Swan

avatar

Féminin Nombre de messages : 127
Age : 23
Célébritée de L'avatar : Nina Dobrev
Date d'inscription : 31/07/2010

MessageSujet: Re: "Rendez-vous avec le ciel" [Libre]   Sam 28 Aoû - 16:19

Léna avait remarqué que Gabriel était pensif. Les yeux fermés, elle se repassa les derniers évènements en boucle dans sa tête, détaillant chaque expression de Gabriel. Elle nota chaque détail. Elle venait de se rendre compte qu'il avait passé ses doigts sur son menton, l'air pensif. La jeune fille ne put s'empêcher de se dire qu'il était très beau, et il l'était encore plus avait son petit air concentré. Puis elle repensa à son petit moment d'égarement auprès de ses parents. Elle eut le pressentiment que le jeune homme avait remarqué ça douleur, et elle en fut mal à l'aise. Pourtant, lorsqu'elle avait rit, elle s'était sentie si bien. Juste quelques secondes de bonheur.

Attendant la réponse du jeune homme, les yeux fermés, elle se demandait ce qu'il allait répondre. Si, avec chance, il faisait des études de lettres, alors elle en serai ravie. Elle aurai quelqu'un qu'elle connaîtrai avec elle. Et qui plus est, un garçon très séduisant. Séduisant... Cela faisait longtemps qu'elle ne cherchait plus à l'être. Elle avait toujours eu ce qu'elle voulait en claquant des doigts et cela la lassait. Elle savait que Gabriel lui donnerai du fil a retordre, et c'est justement ce qui l'attirait.

Le jeune homme se positionna de la même façon qu'elle. Leur regards se croisèrent. Elle frissonna, plongeant son regard dans celui du jeune homme. Envoutant... Elle remarqua alors que pour la première fois depuis la mort de ses parents, elle désirait quelque chose. Oui, elle le désirait. Elle voulait lier un lien fort avec lui. Pourquoi ? Peut-être parce que le fait que Gabriel ne soit pas un ange lui faisait croire qu'il ne pourrai pas la désirer, lui. Peut-être parce que sa vie avait toujours été parfaite et qu'elle voulait changer les choses. Elle voulait... Se sentir vivante. Elle referma les yeux. Les cheveux sur le visage.


"- Moi aussi. Moi aussi je fais des Lettres." lança Gabriel.

Léna avait senti qu'il souriait, mais elle n'en était pas certaine. Elle garda tout de même les yeux clos. Elle écouta le vent lui ébouriffer les cheveux. Elle sourit. Décidément, c'était son jour de chance! Il serait avec elle. Pourtant elle ne l'imaginait pas dans ce secteur. Il grimpa dans son estime. Il marquait des points. Elle inspira puis, tout à coup, sans qu'elle ne s'y attende, elle senti des mains, puissantes et douces à la fois, lui mettre une mèche de cheveux derrière son oreille. C'était un geste calme et doux. Léna frissonna. Une boule se forma dans le creux de son ventre. Elle ouvra les yeux. Et tout aussitôt elle entendit Gabriel s'excuser.


"- Je suis désolé, je n'aurais pas du, c'est juste que... ça me perturbait..."

Il avait l'air extrêmement gêné. Léna, elle, se sentait bizarre. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait plus été la cible de tendresse. Bien qu'apparemment, cela ne voulait pas dire que Gabriel l'aimait bien. Mais elle avait perçu cela comme quelque chose de tendre et calme. Chose dont elle avait le plus besoin en ce moment. Cependant, Gabriel était gêné, et bien que ce geste la fit se mettre sur ses gardes, elle ne voulait pas qu'il se sente mal. Il détourna son regard. Fixant le vide.

Léna posa sa main sur le bras de Gabriel et tenta de le rassurer.


"- Chuut, ne t'excuse pas. Merci, moi aussi... Moi aussi elle me perturbait cette mèche."

Elle avait dit cela d'un ton hésitant. Elle n'avait pas pour nature de trouver les mots justes. Elle espérait qu'il se sentirai mieux. Elle ne le quitta pas du regard une seconde et lui lança un sourire maladroit qu'il ne vit peut être pas. Elle cherchait un sujet pour rompre le mal aise qui s'était installé entre eux. Pourtant, ce geste lui avait fait un bien fou. Elle ne savait pas pourquoi mais une lueur d'espoir s'était éclairée en elle. Elle espérait pouvoir enfin commencer une nouvelle vie. Elle espérait trouver tant de choses, de valeurs, ici. Et cela commençait maintenant avec lui. Elle tenta de rompre la glace.


"- C'est ta première année ici ?"

Léna pensait que cette question ne le perturberai pas. C'était une question qu'elle trouvait anodine. Selon elle, Gabriel n'était pas encore prêt à s'ouvrir à elle. Et elle trouvait cela logique. Qui aurait voulu se confier à une fille inintéressante et qui, de plus, était une inconnue ?

Elle se leva et avança jusqu'à une rambarde. Elle était maintenant dos au jeune homme. Les cheveux dans le vent, elle observa le paysage avant de se retourner vers lui. Lui faisant face, elle lui lança un regard mystérieux. Le jeune y trouverai ce qu'il voudrai y voir. Elle était prête à nouer un lien avec lui. Elle était prête à s'ouvrir. Pour la première fois, elle avait besoin de se confier à quelqu'un, et non à un journal intime. Pour la première fois depuis longtemps elle ressentait le besoin d'être aimée, que ce soit par amour, ou par amitié. Elle en avait besoin. Et elle voulait que ce soit Gabriel le premier.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Sulivan

avatar

Nombre de messages : 122
Age : 24
Célébritée de L'avatar : Ian Somerhalder
Date d'inscription : 23/08/2010

MessageSujet: Re: "Rendez-vous avec le ciel" [Libre]   Lun 30 Aoû - 5:03

Gabriel se sentait mal de ce qu'il venait de faire. Ce n'était pas si grave que cela au fond, mais il n'aurait pas du le faire tout de même. Manque de galanterie, il la connaissait à peine. Rester encore le choix de la fuite, mais c'était trop tard. Il était trop engagé dans cette relation déjà. Voilà pourquoi en temps normal il ne parlait à personne. Voilà pourquoi. La solitude, il n'y a que ça de vrai... Il aurait du partir de ce toit quand il en était encore temps, mais là, quelque chose le retenait ici. Sur ce toit, avec cette jeune femme. Peut-être qu'au fond de lui, sans se l'avouer, il avait besoin de quelqu'un pour l'écouter, pour l'aider.

Léna posa sa main sur son bras en lui disant d'une voix douce:


"- Chuut, ne t'excuse pas. Merci, moi aussi... Moi aussi elle me perturbait cette mèche."

Elle voulait vraiment le mettre à l'aise. Mais ce geste, au contraire le mit mal à l'aise. Il devait vraiment être quelqu'un de très difficile à comprendre, il le savait. Ses réactions étaient souvent étranges, et peu de gens ne le comprenaient. Même lui avait parfois du mal à se comprendre. Mais, là, il savait pourquoi ce geste le mettait mal à l'aise. En réalité, il n'avait pas l'habitude. En temps normal, lorsqu'une femme le touchait, c'est parce qu'ils étaient dans un état second. Mais lorsqu'il était clean, comme en ce moment, personne ne l'avait jamais touché. Il n'avait jamais laissé personne l'approcher, le toucher, lorsqu'il était clean. La seule personne qui l'avait touché alors qu'il était clean, c'était..... non, ne pas penser à cela sinon sa bouteille allait vite être terminée...

Il leva les yeux vers elle, elle lui lança un petit sourire. Les deux semblaient mal à l'aise, et il fallait rompre la glace tout de suite, sinon, c'était foutu. Gabriel ne s'en sentait pas capable. Son esprit était parti trop loin déjà, et il aurait du mal à le faire revenir. Finalement, ce fut Léna qui brisa le silence en lui demandant:


"- C'est ta première année ici ?"

A peine sa question posée, elle se leva et se dirigea vers la rambarde, lui tournant le dos. Elle observa la vue qui s'offrait à elle quelques instants. Peu de temps. Si peu de temps au fond, mais suffisamment pour que Gabriel porte sa bouteille à ses lèvres et boive une gorgée de ce liquide qui réchauffa ses veines en un instant, chassant ses mauvaises pensées. Il n'aurait pas du surement, mais c'était trop tard. Il en avait besoin, un besoin impossible à contrôler. S'il ne l'avait pas fait, il n'aurait pas réussi à ramener son esprit ici, à cet instant, sur ce toit. Si il n'avait pas bu cette gorgée, il serait rester bloqué dans cet affreux souvenir.

Il eut tout juste le temps de refermer sa bouteille et de la glisser dans sa poche, que Léna se retourna et lui fit face, lui lançant un regard. Un regard franc et amical, un regard qui ne le jugeait pas. Un regard qui cherchait à comprendre. Un regard si étrange. Du moins, c'est ce qu'il y voyait, peut-être n'était-ce pas cela qu'elle voulait y mettre. Il se demanda un instant si elle savait ce qu'il venait de faire. Non, elle ne pouvait pas savoir, il savait être discret. Il leva les yeux vers elle. Un regard hagard. Il avait froid tout à coup. Pourtant il ne faisait pas plus froid que tout à l'heure. Le vent était agréable. Il devait bouger pour se réchauffer. Il se leva lui aussi et vînt s'adosser à la rambarde, aux côtés de la jeune femme. Il regarda en bas, se demandant combien de mètres les séparaient du sol. Se demandant si une chute de cet étage s'avérerait fatale. Il se pencha, c'était agréable comme sensation. Il se souleva et s'assit sur la rambarde, laissant ses pieds pendre dans le vide. Le vent lui fouettait les cheveux, soulevant légèrement sa chemise.

Il tourna la tête vers la jeune femme, et lui répondit tranquillement, prenant son temps:


"-Oui c'est ma première année. Avant, j'étais... loin..."

Il savait que sa réponse était très vague, mais il n'avait pas spécialement envie d'entrer dans les détails. Il laissa un moment de silence, regardant le sol, voyant les gens bouger. C'était agréable à regarder.

"- Tu habites dans la ville, ou tu es venue pour l'université?"

Il espérait que cette question ne soit pas trop personnelle. Il ne voulait pas la brusquer ou quoi que ce soit. Il regardait vers le bas. C'était agréable. Ce toit. Ce vent. Ce vide. Léna. Voilà pourquoi il était venu ici. Pour vivre des moments comme celui-ci.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léna Swan

avatar

Féminin Nombre de messages : 127
Age : 23
Célébritée de L'avatar : Nina Dobrev
Date d'inscription : 31/07/2010

MessageSujet: Re: "Rendez-vous avec le ciel" [Libre]   Lun 30 Aoû - 6:18

Lorsque Léna fit face à Gabriel, il lui lança un regard troublé. Une regard qu'elle découvrait. La jeune fille étant très observatrice remarqua qu'il était un peu pensif, un peu hagard. Peut être était-ce son regard qui donna cette impression à la jeune femme, mais son attitude laissait à penser que quelque chose c'était passé lorsqu'elle avait le dos tourné.

* Réfléchis. Il était mal à l'aise, tu lui as touché le bras... Il avait une bouteille... Il a du boire * Pensa-t-elle.

Mais elle n'en était pas sûre, et de toute façon, elle était qui pour le juger ? Personne. Elle ne le connaissait que peu, impossible de savoir ce qui l'avait rendu accro. Mais vu sa réticence à parler du passé, c'était sûrement un fait douloureux qui l'y avait poussé. Et tout à coup, Léna eut ce sentiment d'impuissance. Celui que l'on ressent lorsqu'on veut aider quelqu'un mais que l'on ne peut rien faire. Pour comprendre, il aurai fallu qu'il se confie à elle, mais elle savait pertinemment qu'il était trop tôt, bien trop tôt. Et elle savait aussi qu'il ne voudrai pas aller "plus loin" avec elle. Son amitié, il la repousserai sans doute.

Gabriel se leva et vint la rejoindre près de la rambarde. Il regarda le sol, évaluant sûrement la distance qui le séparait du sol. Il se pencha. Le ventre de la jeune femme se noua. Puis le jeune homme monta sur la barrière et s'y assit, les pieds dans le vide. Le vent soulevait ses cheveux et sa chemise, ce qui laissa apparaître un bout de son torse. Mais Léna était bien trop inquiète pour apprécier "la vue". Etait-il sucidaire? Elle avait le vertige pour lui. Mais de sa voix calme il lui précisa que c'était sa première année, et qu'avant "il était loin". De toute évidence il ne voulait pas rentrer dans les détails. Cela ne la gêna pas.


"- Tu habites dans la ville, ou tu es venue pour l'université?" lança Gabriel.

La jeune fille prêta peu attention à ces paroles, plus occupée à se faire du soucis pour lui. Elle avait peur qu'il tombe. Mais elle lui répondit:

"- A vrai dire, je viens pour l'université... Et pour avoir un nouveau départ. Oublier le passé..."

Elle commençait à s'ouvrir à lui. Ce qui la rendit hésitante. Elle n'avait pas pour habitude de parler d'elle. Mais elle était tellement préoccupée qu'en réalité, les mots étaient sortis tout seuls. Elle regarda Gabriel, puis elle regarda le sol et sa tête se mit à tourner. Ne tenant plus, elle lui demanda d'une voix qui se voulait calme.

"- Gabriel... S'il te plais... Peux-tu... Non... C'est rien, oublie."

Elle ne voulait pas jouer les rabat-joie, mais elle ne supportait pas de le voir suspendu les pieds dans le vide. Elle avait bien trop peur qu'il tombe. Mais elle n'avait pas pu finir sa phrase. Léna ne voulait pas qu'il la prenne pour une demeurée et une peureuse. Elle tourna la tête vers lui et y plongea son regard. Elle espérait qu'il y verrai sa peur. Puis elle détourna la tête et se remit face au paysage. Il avait l'air si bien comme ça. Et elle l'était aussi. Parce qu'un lien étrange s'était installé entre eux. Et elle ne le laisserai pas partir. Pour rien au monde elle le lâcherai. C'était lui, ou rien d'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Sulivan

avatar

Nombre de messages : 122
Age : 24
Célébritée de L'avatar : Ian Somerhalder
Date d'inscription : 23/08/2010

MessageSujet: Re: "Rendez-vous avec le ciel" [Libre]   Lun 30 Aoû - 7:59

Le jeune homme regardait le sol, toujours avec cette même attirance. C'était beau de voir ce monde de si haut. Les personnes semblaient si petites, si pressées. On aurait presque dit un troupeau de fourmis qui se baladaient à ses pieds.

La jeune femme coupa court à ses pensées, en répondant à sa question:


"- A vrai dire, je viens pour l'université... Et pour avoir un nouveau départ. Oublier le passé..."

Apparemment il n'était pas le seul à vouloir tout recommencer, reprendre un nouveau départ. Il se demandait ce qu'elle cherchait à fuir, quel passé elle voulait oublier. Il se rappela avoir vu de la tristesse dans son regard peu de temps auparavant, qu'avait-elle vécu, qu'avait-elle ressenti? Toutes ses questions resteraient surement sans réponse, parce qu'il ne poserait pas les questions. La meilleure chose à faire pour oublier son passé, n'était-ce pas de ne plus en parler? Certes, cela pouvait faire du bien de parler, mais ce n'était pas forcément facile, ni forcément la chose la plus appropriée à faire. Surtout lorsqu'on ne connait à peine la personne en face de soi. Lui n'aborderait pas le sujet si elle ne l'abordait pas d'elle-même, et il se doutait bien qu'elle ne l'aborderait pas. Il savait à quel point le passé pouvait faire mal.

"- Gabriel... S'il te plais... Peux-tu... Non... C'est rien, oublie."

En entendant son prénom, il tourna la tête. Ils discutaient depuis un moment déjà, et pourtant, c'était la première fois qu'il l'entendait prononcer son prénom. C'était agréable de l'entendre prononcé de sa voix. Mais sa voix était presque tremblotante, comme si elle avait ... peur? De quoi pourrait-elle avoir peur? Il réfléchit un moment, sans dire un mot, la regardant simplement, cherchant à comprendre. Il ne voyait pas ce qui avait pu la mettre dans cet état. Elle lui demandait de faire quelque chose, mais quoi? Pourquoi n'avait-elle pas finit sa phrase? Lui faisait-il peur? Il était en plein brouillard, ne comprenant vraiment pas son comportement. La jeune femme le regarda, droit dans les yeux, et c'était bien de la peur qu'il lut dans son regard. Peur de quoi? Il regarda autour de lui, visiblement, c'était lié à lui. Il vit le vide devant lui et eut une sorte d'illumination. Elle avait peur du vide et elle voulait qu'il descende de cette rambarde. Il se mit à sourire. La jeune femme avait peur qu'il tombe. Il la regarda un instant, elle regardait à nouveau le paysage urbain.

Le jeune homme décida de descendre de la rambarde, pas besoin de mettre Léna dans tous ses états. Une fois ses pieds reposés sur le toit, faisant un léger crissement sur les graviers. Il regarda à son tour la ville qui s'étendait, silencieuse devant eux.

 
"- C'est mieux comme ça?"

Il émit un léger rire. Il n'avait pas pensé que la jeune femme aurait peur qu'il soit assis sur la rambarde.

"- Tu as peur du vide?"

Il regarda droit devant lui, la Tour Eiffel que l'on voyait au loin. Ce moment était reposant, vraiment. Pour la première fois de sa vie, il appréciait la compagnie de quelqu'un.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léna Swan

avatar

Féminin Nombre de messages : 127
Age : 23
Célébritée de L'avatar : Nina Dobrev
Date d'inscription : 31/07/2010

MessageSujet: Re: "Rendez-vous avec le ciel" [Libre]   Lun 30 Aoû - 8:26

Léna se sentait idiote. Elle allait passer pour une imbécile avec ses peurs. Pourtant, quelques instants après qu'elle eut le dos tourné, Gabriel descendit de la rambarde. Il se mit à côté d'elle et observa le paysage silencieux qui s'étendait devant leurs yeux. Le vent toujours présent balaya les cheveux de la jeune fille, qui se senti soudain soulagée. Elle avait déjà perdu ses parents, c'était pas pour que la première personne avec qui elle commençait à s'entendre s'en aille aussi. La voix réconfortante de Gabriel se mêla au silence.

"- C'est mieux comme ça?"

Il émit un léger rire, qui fit sourire Léna. Evidemment, c'était mieux ainsi. Elle laissa échapper un petit rire de soulagement avant de l'observer. Elle n'eut le temps de répondre qu'il avait déjà repris la parole.


"- Tu as peur du vide?"

Question logique. En y réfléchissant, Léna n'avait pas tellement peur du vide. Ce qui lui faisait peur, c'était le fait que rien n'aurai empêcher Gabriel de tomber. Un faux mouvement et il partait en fumée. Elle ne voulait pas perdre quelqu'un une fois de plus. Elle lui répondit.


"- C'est parfait." Elle marqua une pause avant de répondre à sa seconde question.
"- En réalité, ce n'est pas du vide dont j'ai peur... C'est du fait qu'un simple faux mouvement, une mauvaise circonstance..." Elle s'arrêta, jeta un bref coup d'oeil à la Tour Eiffel, pensant à ses parents et repris dans un murmure."...peut tout briser..."

Elle baissa les yeux et tourna la tête vers le jeune homme. Oui, elle ne le savait que trop bien. Si ses parents n'avaient pas été là ce jour là, elle serait peut être heureuse à l'heure qu'il est. Une fine couche brumeuse voila sa vision et elle comprit qu'elle ne pourrai se retenir de verser une larme. Depuis la disparition de ses parents, Léna n'avait jamais pleuré. Même seule dans son lit. Elle s'était toujours dit qu'il fallait qu'elle reste forte, mais cela devenait trop dur à supporter toute seule.

La jeune fille sentit une larme couler le long de sa joue. Une larme qu'elle ne put retenir. Une larme qu'elle ne put cacher. Honteuse, elle tourna soudainement le dos à Gabriel. Il ne fallait pas qu'il la voie. Elle s'essuya rapidement et ravala sa peine. Elle refit face au jeune homme et lui adressa un sourire maladroit.


"- Excuse-moi, tu n'aurai pas du voir ça."

Elle émit un léger rire, tantôt nerveux, tantôt gêné. Elle aurai aimé qu'il la prenne dans ses bras. Elle en avait besoin. Mais elle savait qu'il ne le ferai pas. Elle devait l'accepter. Elle fit face une fois de plus au paysage, évitant de regarder la tour Eiffel.

"- C'est magnifique comme vue, tu ne trouves pas ?"

Elle lança un sourire amical au jeune homme. Masquer sa peine, elle en avait l'habitude, mais c'était bien la première fois que c'était aussi dur. Elle se devait d'être heureuse. Pour elle. Pour lui. Pour eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Sulivan

avatar

Nombre de messages : 122
Age : 24
Célébritée de L'avatar : Ian Somerhalder
Date d'inscription : 23/08/2010

MessageSujet: Re: "Rendez-vous avec le ciel" [Libre]   Lun 30 Aoû - 10:32

Gabriel était perdu dans la contemplation de ce nuage de pollution. Habitué des villes, il aimé ce spectacle qui rebutait de nombreuses personnes. Pour lui, le paysage d'une ville, c'est quelque chose de merveilleux, qui change sans cesse. Une ville, c'est le changement, c'est le départ sans cesse, rien ne s'accroche nul part, aucune attache, juste des bâtiments se ressemblant tous. Une ville, c'est un mystère à découvrir, et celui-là, il ne le connaissait pas encore.

"- C'est parfait. En réalité, ce n'est pas du vide dont j'ai peur... C'est du fait qu'un simple faux mouvement, une mauvaise circonstance......peut tout briser..."

La jeune femme avait paru très émue lorsqu'elle avait dit cela. Elle avait perdu quelqu'un de cher visiblement. Quelqu'un de très cher, d'une manière tragique et inattendue surement. C'est pour cela qu'elle n'avait pas supporté de le voir ainsi les pieds dans le vide. Elle semblait avoir un rapport particulier avec la mort. Comment aurait-elle pu comprendre que cela n'aurait pas dérangé Gabriel qu'il fasse un faux mouvement justement? Comment aurait-elle pu comprendre que cela ne l'aurait pas dérange de glisser, de sentir le vent sur tout son corps lorsqu'il tombait. Elle n'aurait sans doute pas compris si il lui avait dit, alors mieux valait ne pas lui dire.

Gabriel remarqua que Léna avait le visage tourné vers lui. Il la regarda, et vit ce qui ressemblait à une larme, couler sur sa joue. Apparemment, elle avait perdu quelqu'un de très proche. Petit ami peut-être, ou parents, frère ou sœur. Quelqu'un d'assez proche pour l'avoir touché à ce point. Il comprenait mieux son comportement maintenant, du moins, il croyait mieux le comprendre. Elle avait eu peur de le voir tomber, parce qu'elle n'aimait pas voir les gens mourir, trop de souffrance par rapport à cela. Oui cela devait être ça.

Soudain la jeune femme lui tourna le dos, comme si elle voulait être seule pour masquer sa peine. Comme si elle avait honte de ce qu'elle ressentait. Honte? Pourquoi aurait-elle honte? Cela montrait simplement qu'elle était humaine, comme tout le monde, capable de sentiment, de peur, de souffrance. Ce qu'il pensait fut confirmé lorsque, se retournant, elle lui dit:


"- Excuse-moi, tu n'aurai pas du voir ça."

*Pourquoi est-ce qu'elle s'excuse? Elle ne pense quand même pas que je vais la juger? * pensa t-il.

Puis, faisant mine de regarder le paysage, elle ajouta:

"- C'est magnifique comme vue, tu ne trouves pas ?"

Malgré le sourire qu'elle lança à Gabriel, il ne fut pas dupe. Elle était triste. Elle pourrait faire tous les efforts du monde pour la cacher, cela se voyait. Gabriel était assez perturbé. Que devait-il dire dans une circonstance pareil? Il tenta de se remémorer un roman, dans lequel il y avait une situation pareille, mais là, sur le coup, rien ne lui venait à l'esprit.

"- Tu as le droit de pleurer tu sais..."

Il savait qu'il aurait certainement du faire quelque chose, la réconforter, mais il n'était pas doué pour cela. Puis il se dit que peut-être, elle voulait parler d'autre chose, et le paysage était un bon commencement.

"- J'adore regarder les villes d'en haut... Les villes c'est mon élément... c'est encore mieux la nuit."

Ca n'en avait peut-être pas l'air, mais pour lui, c'est comme s'il venait de se confier. Il n'aimait pas parlé de lui, mais là, c'était venu naturellement. Comme si quelque chose le lié à Léna. Il lui lança un sourire timide, avant de se replonger dans l'observation de cette vue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léna Swan

avatar

Féminin Nombre de messages : 127
Age : 23
Célébritée de L'avatar : Nina Dobrev
Date d'inscription : 31/07/2010

MessageSujet: Re: "Rendez-vous avec le ciel" [Libre]   Lun 30 Aoû - 12:44

Léna avait beau essayer de masquer sa peine, elle savait pertinemment que Gabriel n'était pas dupe. Elle savait qu'elle avait beau être une bonne comédienne, rien n'y ferai. Il ne la croirai pas. Et c'était trop tard. Lui aussi il allait la juger, comme tous les autres. Elle avait gâché ses chances avec une personne de plus. Enfin, c'est ce qu'elle pensait, jusqu'à ce qu'il ajoute:

"- Tu as le droit de pleurer tu sais..."

La jeune fut surprise. Et émue. C'était bien la première fois que quelqu'un lui disait ça! Non, elle n'avait pas le droit de pleurer. Il n'y avait pas de place pour la souffrance, pas de place pour sa "faiblesse". Trop de gens ne jugeaient que par l'apparence. Trop de gens étaient superficiels. Mais pas Gabriel apparemment. Lui il comprenait. Lui aussi, il devait savoir ce que cela faisait de souffrir en silence. Et il devait être compatissant, car il suivit son changement de sujet.


"- J'adore regarder les villes d'en haut... Les villes c'est mon élément... c'est encore mieux la nuit."

Il venait de parler de lui, ce qui fit plaisir à Léna. Elle le regarda et elle vit le sourire timide qu'il lui lança avant de contempler la vue encore une fois. Elle fit de même, plongeant son esprit dans la ville. Elle écouta les sons qui lui parvenaient aux oreilles, sentit les odeurs et s'imprégna de ce moment unique. La jeune fille ferma les yeux et n'entendit plus que la respiration régulière de Gabriel. Et elle l'écouta. C'était comme si ils étaient enfermés dans une bulle, juste lui, et elle. Puis elle rouvrit les yeux et lui lança un regard tendre. Un regard protecteur. Un regard... indescriptible.


"- Merci... Tu es le premier qui comprends... Le premier qui écoute."

Et pour la première fois depuis longtemps, elle se sentait bien. La jeune fille se sentait écoutée, elle se sentait être quelqu'un. Et cela la combla, elle jeta un oeil à sa petite montre. Elle affichait 18h34. Léna fut surprise que le temps ait passé si vite. Cela la conforta dans l'idée qu'elle était bien avec Gabriel. Celui-ci venait de dire qu'il aimait regarder les villes d'en haut, et surtout là nuit. Ils étaient en hauteur, et bientôt la nuit tomberai. Pourquoi ne resteraient-ils pas ici pour contempler la ville ? Léna pourrai aller acheter deux sandwichs s'ils avaient faims et ils pourraient contempler le paysage nocturne ensemble. Ils passeraient un bon moment. Le visage plus rayonnant, elle lui demanda:


"- A vrai dire, je n'ai jamais vraiment contemplé Paris de nuit. Ça te dirai de passer la soirée ici, sur le toit, avec moi ? Il est déjà 18h30 et puis... Si on a faim je pourrai vite aller chercher un sandwich. Qu'est-ce que t'en dis ?"

Elle espérait de tout son coeur qu'il accepterai. Elle le regarda, le sourire aux lèvres. Enfin elle avait trouvé quelqu'un qu'elle appréciait. Enfin elle voulait partager des choses avec quelqu'un. Et ce quelqu'un, c'était lui. Gabriel Sulivan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Sulivan

avatar

Nombre de messages : 122
Age : 24
Célébritée de L'avatar : Ian Somerhalder
Date d'inscription : 23/08/2010

MessageSujet: Re: "Rendez-vous avec le ciel" [Libre]   Mar 31 Aoû - 6:43

La ville était belle, ce nuage de pollution faisait qu'on voyait à peine, mais c'était beau. Ces odeurs, ces bruits, ces lumières, que l'on ne trouve que dans une grande ville. Cela avait quelque chose de reposant. Gabriel était en train de se demander ce qui avait pu causer cette tristesse chez Léna, lorsqu'elle dit:

"- Merci... Tu es le premier qui comprends... Le premier qui écoute."

Il se tourna vers elle. Elle le regardait avec un regard indescriptible, un regard qui contenait tout ce qu'un regard peut contenir: peur, haine, ambition, bonheur, tristesse, etc. Toutes les émotions semblaient être prisonnières de ce regard. C'était très beau et très étrange à voir en même temps. Le jeune homme était très désemparé devant ce regard. Il voulait comprendre, comprendre ce regard, comprendre ce que la jeune femme ressentait, comprendre pourquoi. Il était le premier à comprendre? Personne n'avait jamais su la comprendre? Peut-être était-ce parce que lui aussi avait souffert qu'il la comprenait. Il savait que certaines blessures ne se refermaient jamais complètement, et même s'il faisait tout pour paraître fort, il savait qu'au fond de lui, il était faible, prêt à s'écrouler à chaque minute qui passait. Il savait que certaines choses ne guérissaient jamais, que la souffrance est un mal qui vous ronge au plus profond de vous, et que jamais, rien ne pourra le guérir. Il tourna la tête pour ne pas montrer son désarroi. Lui ne pleurerait pas. Il l'avait trop fait étant jeune pour encore avoir des larmes à pleurer. Plus aucune larme ne coulerait sur son visage, il s'en était fait la promesse. Plus jamais quelqu'un ne le ferait pleurer.

"- A vrai dire, je n'ai jamais vraiment contemplé Paris de nuit. Ça te dirai de passer la soirée ici, sur le toit, avec moi ? Il est déjà 18h30 et puis... Si on a faim je pourrai vite aller chercher un sandwich. Qu'est-ce que t'en dis ?"

Il se retourna vers Léna en entendant cela. Elle avait un visage bien plus souriant. Elle semblait heureuse à l'idée de passer la nuit ici sur ce toit. Cette idée était plus pas mal en fait. Passer la nuit sur un toit pourquoi pas, d'autant plus que lui non plus n'avait encore jamais contempler Paris de nuit. Mais un problème se posait. Un problème auquel Léna ne pouvait pas s'attendre. Comment allait-il faire pour passer la nuit sur un toit, sans prendre le temps de prendre sa dose. La jeune femme avait vu la bouteille qu'il tenait à la main, et avait donc du comprendre qu'il avait un problème d'alcool. Mais elle n'avait pas pu deviner que ce n'était pas la seule de ses dépendances. Et il ne voulait pas lui dire. D'autant plus qu'il ne voulait pas admettre qu'il avait un problème. Il sentit une suée froide lui parcourir le corps. Comment régler ce problème? Il se rappela qu'il en avait toujours sur lui, mais il ne pourrait pas se permettre de le prendre devant elle. Peut-être n'en aurait-il pas besoin après tout... Non, il n'en aurait pas besoin. Il saurait faire sans... Il le fallait... Mais il n'en était pas sur... Que ferait-il s'il en avait besoin durant la nuit? Que ferait-il? Saloperie de coke...

"- C'est une bonne idée. mais ca serait plutôt à moi d'aller en chercher, galanterie oblige."

Il lança un sourire à la jeune femme. Il s'en voulait de lui mentir, mais il voulait la protéger, se protéger. Que pouvait-il lui dire? Ah au fait, Léna, moi ca me dérange pas, mais par contre, va falloir que je prenne ma dose sinon ca risque de pas aller. Et oui, comme tu peux le voir je suis un déchet. J'ai besoinde toute sorte de chose pour pas péter les plombs. Non, il ne pouvait pas lui dire ça. Il ne voulait pas lui dire ça. Il ne voulait pas qu'elle prenne peur, qu'elle le fuit, et c'est surement la réaction qu'elle aurait si elle apprenait. Comment quelqu'un réagirait si elle apprenait que la personne qu'elle vient de rencontrer est un junkie? Heureusement qu'il avait l'habitude de mentir, et donc elle ne devrait pas le voir sur son visage. Il luilança un autre sourire. Il avait vraiment envie de passer cette soirée ici, sur ce toit, avec Léna. Et il ferait tout pour que cela se passe bien. Il en avait besoin. Elle en avait besoin. Cette soirée serait une soirée unique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léna Swan

avatar

Féminin Nombre de messages : 127
Age : 23
Célébritée de L'avatar : Nina Dobrev
Date d'inscription : 31/07/2010

MessageSujet: Re: "Rendez-vous avec le ciel" [Libre]   Mar 31 Aoû - 7:19

Maintenant qu'elle y réfléchissait, elle trouvait qu'il était plutôt triste lui aussi. Mais pourquoi ? Mieux valait ne pas remuer le passé, mais elle était si curieuse de savoir ce qui c'était passé dans sa vie passée. Elle voulait l'aider, le comprendre. Elle songea a la bouteille de Vodka qu'il avait. Il avait l'air accro. Mais était-il accro à autre chose ? Du genre, drogue, cigarette... etc. Sûrement. Tous les mecs qu'elle avait rencontré qui étaient alcooliques étaient aussi drogués. Cependant, même si cela la gênait, elle ne le jugerai pas. Attendant sa réponse et laissa ses pensées vagabonder au grès du vent. Suite a sa proposition de passer la nuit sur le toit, Gabriel avait l'air plutôt anxieux, plutôt pensif. Peut être ne voulait-il pas de cette soirée et qu'il cherchait une excuse qui ne blesserai pas Léna. Mais contre toute attente il répondit:

"- C'est une bonne idée. mais ca serait plutôt à moi d'aller en chercher, galanterie oblige."

Gabriel était d'accord et Léna en fut comblée. De plus, il était galant. Mais la jeune fille commença a analyser la situation, comme elle le faisait à son habitude. Il avait l'air heureux, content de sa réponse. Mais quelque chose ne collait pas. Il avait réfléchis longtemps avant de répondre. Pourquoi ? Ce genre de réponse, on le dit facilement, sans avoir besoin de réfléchir. A moins qu'il n'ai hésité. Non, Léna savait qu'il y avait autre chose, mais quoi ? Et puis une lumière s'éclaira dans sa tête.

* Mais oui! Bien sûr! Il est dépendant. Il cherche un moyen de boire (ou se droguer, ça c'est lui qui voit) sans que je ne le saches * Pensa-t-elle.

Pourtant, rien ne laissait apparaître cela sur le visage du jeune homme. Mais elle devait savoir la vérité. Elle chercha une excuse afin de pouvoir quitter le toit en même temps que lui et pouvoir ainsi le suivre et l'observer, sans qu'il ne s'en rende compte. Puis elle trouva.


"- Entendu. Mais pendant que tu ira chercher les sandwichs, j'irai chercher une couverture pour qu'on puisse s'assoir ou s'allonger. Ça peut toujours être utile si on a froid en plus."

Elle avait dit cela l'air de rien. Il était impossible qu'il ne se doute de quelque chose, elle était bien trop habile pour cela. Elle lui lança un sourire pur, innocent. La jeune fille voulait s'ouvrir a lui. Elle voulait lui parler, lui faire part de ses envies, de ses rêves, de ses pensées, et elle voulait qu'il en fasse autant, mais pour cela, elle devait savoir qui il était réellement. Son plan était déjà tout calculé. Elle sortirai du toit en même temps que lui, ferai semblant de partir vers les dortoir et le suivrai en douce. Là elle verrai ce qu'il ferai et puis elle repartirai chercher une couverture. Si il la trouverai longue, elle inventerai un bobard. En attendant, elle devait continuer de faire la discussion avec lui, comme si de rien était.

Peu importe ce qu'elle verrai, elle ne le jugerai pas. Elle commençait à tenir à lui, c'était pas pour qu'elle le laisse tomber au moindre petit soucis. Si Gabriel avait des problèmes elle l'aiderai. Et elle y mettrai tout son coeur. Elle le regarda et lui sourit. Elle repensa aux moments passés avec lui et se dit qu'elle avait de la chance pour la première fois depuis longtemps.


"- Gabriel... tu sais... Lorsque je t'ai dit que tu étais le premier à comprendre, à écouter... Tu n'as pas du comprendre le sens de mes paroles. Et je voulais te dire, que, si tu veux savoir... si tu veux savoir ce qu'il s'est passé dans ma vie, je suis prête. Pose moi les questions que tu veux, j'y répondrai."

Les mots étaient sortis tous seuls. Ne se rendant pas compte de l'importance de ces mots, elle avait tout balancé, comme ça. Et ce qui était dit était dit. Si ces mots étaient sortis, c'était pour une raison bien précise, et l'occasion qui se présentai à Gabriel ne se reproduirai sûrement pas. C'était la première fois qu'elle voulait se confier, et s'il ne saisissait pas sa chance, il n'y aurai surement pas d'autre occasion pour lui. La jeune fille lui lança un regard encourageant.


* Allez Gabriel... Libère moi de ce secret qui me ronge depuis que j'ai 10 ans... Aide moi*

Et elle ferma les yeux, attendant la sentence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Sulivan

avatar

Nombre de messages : 122
Age : 24
Célébritée de L'avatar : Ian Somerhalder
Date d'inscription : 23/08/2010

MessageSujet: Re: "Rendez-vous avec le ciel" [Libre]   Mar 31 Aoû - 8:40

"- Entendu. Mais pendant que tu ira chercher les sandwichs, j'irai chercher une couverture pour qu'on puisse s'assoir ou s'allonger. Ça peut toujours être utile si on a froid en plus."

Le jeune homme s'attendait à tout comme réponse, sauf à cela. Il n'imaginait pas qu'elle allait lui proposer cela, bien qu'une couverture pouvait s'avérer très utile en effet. Mais il n'y avait pas pensé une minute. Son côté légèrement parano lui fit se demander si il n'y avait pas un but plus précis que cette fameuse couverture. Il réfléchit un instant. La jeune femme n'avait pas pu deviner le monologue muet qui s'était déroulé dans son esprit, donc il chassa bien rapidement le fait qu'elle ait pu deviner ce qu'il compter faire une fois hors de ce toit. Mais dans ce cas, y avait-il une raison autre que la couverture? Peut-être ne voulait-elle pas rester sur le toit seule? Cette solution lui paraissait possible. Mais finalement, il se dit qu'il n'y avait pas de raison particulière, que Léna était tout simplement une fille gentille. Mais il fut plus surpris lorsqu'elle lui dit:

"- Gabriel... tu sais... Lorsque je t'ai dit que tu étais le premier à comprendre, à écouter... Tu n'as pas du comprendre le sens de mes paroles. Et je voulais te dire, que, si tu veux savoir... si tu veux savoir ce qu'il s'est passé dans ma vie, je suis prête. Pose moi les questions que tu veux, j'y répondrai."

Décidément, il n'était pas au bout de ses surprises avec cette fille. Il ne comprenait pas vraiment pourquoi c'était à lui qu'elle voulait se confier. Après tout, ils se connaissaient à peine. Soit elle accordait rapidement sa confiance, soit c'était spécifique à lui. Dans tous les cas, elle avait visiblement envie de se confier. Et Gabriel avait envie de savoir, pour satisfaire sa curiosité. Mais il savait pertinemment que lui ne parviendrait pas à se confier, pas tout de suite, pas comme ça. Il le savait, et il espérait qu'elle ne chercherait pas à le forcer.

Mais il était curieux, très curieux. Et ce qu'il avait vu dans son regard, il voulait savoir d'où cela venait. Cette tristesse, cette mélancolie. Qu'est-ce qui avait bien pu les causer?

Il se tourna vers la jeune femme, s'accouda sur la rambarde. Il la regardait dans les yeux. Il voulait s'assurer qu'elle était sure d'elle, qu'elle avait vraiment envie d'en parler. Son regard voulait tout dire, elle était sure. Elle ferma les yeux, comme si elle attendait ce moment depuis si longtemps.

Ils avaient encore le temps avant d'aller chercher les sandwichs et la fameuse couverture. Ils avaient encore le temps. Et à ce moment précis, quelque chose de plus important s'imposait. Le jeune homme posa alors sa question.


"-Pourquoi es-tu si triste?"

Une question simple, courte, précise, mais tellement vague à la fois. Il espérait que cette question aiderait la jeune femme à dire tout ce qu'elle avait sur le coeur. Toutes ces choses qu'elle gardait au fond d'elle. Elle en avait besoin visiblement, parler, parler pour expier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léna Swan

avatar

Féminin Nombre de messages : 127
Age : 23
Célébritée de L'avatar : Nina Dobrev
Date d'inscription : 31/07/2010

MessageSujet: Re: "Rendez-vous avec le ciel" [Libre]   Mar 31 Aoû - 10:09

Gabriel fut visiblement surpris par les paroles de la jeune fille. Bien. C'était ce qu'elle recherchait inconsciemment. Mais à présent, il devait croire qu'elle accordait sa confiance au premier venu, ce qui était faut. Elle même ignorait la raison de cet excès de confiance. Elle sentait qu'il avait un lourd passé. Sûrement le siens à côté, c'était de la gnognote. Un nouveau départ impliquai un oubli du passé, chose qu'elle était incapable de faire si elle n'y était pas aidée. Cela faisait des années qu'elle gardait tout pour elle, mais Gabriel... Gabriel il lui donnait cette pique dans le ventre. Gabriel il l'écoutait. Il était là. Il ne la jugeait pas. Par ailleurs, sa voix perça le silence du vent:

"-Pourquoi es-tu si triste?"

Donc il était curieux. Donc il voulait savoir, il voulait comprendre. Voilà qu'elle en apprenait un peu plus sur lui. Les yeux fermés elle se repassa l'accident de ses parents, les circonstances, et chaque détail dont elle pouvait se remémorer. Elle sentait la peine l'envahir mais elle se ressaisit. Elle agrippa sa main droite à la rambarde, toujours tournée vers Gabriel. Elle ouvrit son coeur. Elle ouvrit sa carapace, et des tas de sentiments refirent surface. La joie, la peur, le dénis, la tristesse, la haine, la honte... La jeune fille ouvrit les yeux et fixa le torse de Gabriel pour ne pas avoir a le fixer dans les yeux. Et elle commença son récit.

"- Quand j'étais petite, j'adorais lire et écrire." elle marqua une pause, chercha ses mots et repris: "C'était le jour de mon anniversaire. Le 10 mars 2002. J'avais 10 ans. Papa, maman c'étaient débrouillés pour me faire une surprise. Nous devions nous rendre dans un endroit que je ne connaissais pas. " Elle marqua une pose et repris dans un murmure: "Un endroit que je ne connaitrais surement jamais..."

La douleur l'envahis, la haine et la colère. La honte aussi. Honte d'avoir été la cause de la perte de ses parents. Puis elle repris.


"- Nous étions sur la route. La radio crachait la dernière musique de Michael Bubblé... Ma mère adorait ce chanteur... Moi je m'amusais à compter le nombre de voitures rouges qui passaient et maman comptait les bleues. C'était à celle qui en verrai le plus."

La voix de Léna était emplie de nostalgie et de regret. Elle planta son regard dans celui de Gabriel. Un regard intense, mêlé de sentiments aussi différents les uns que les autres. C'est d'une voix dure qu'elle continua son récit.

"- Cela faisait bien une heure que l'on roulait, et j'étais loin de me douter de ce qui allait se passer... Alors que nous avions fait les trois quart du chemin, un camion, un camion immense, percuta notre voiture..."

Et elle lui raconta la peur, la vue de ses parents morts, le corps couvert de sang. Elle lui raconta le dénis. Le fait qu'elle ne voulait pas croire qu'ils étaient morts. Puis elle lui raconta la tristesse, la haine, la honte, le regret. Elle lui raconta qu'elle était la cause de leur mort. Léna lui confia aussi qu'elle n'avait versé aucune larme depuis. Elle lui confia que même après 8 ans, elle se sentait toujours coupable. Elle lui raconta sa peine, sa douleur, sa haine contre elle même qu'elle n'avait jamais montré à personne. Et elle s'excusa, de lui avoir infligé ça. Et là, elle éclata en sanglots. Elle pleura en silence.

La jeune fille baissa la tête. Elle ne voulait pas le mettre mal à l'aise. Elle voulait simplement qu'il comprenne, et pour la première fois de sa vie, elle voulait qu'on l'aide. Elle voulait qu'IL l'aide. La jeune femme savait que lui aurait du mal à se confier, qu'il ne saurai pas la réconforter, qu'il n'oserai pas la prendre dans ses bras. Mais elle espérait. Parce que depuis la mort de ses parents, elle ne savait faire qu'une chose: espérer qu'un "ange" vienne la sauver. Et cet ange, elle voulait que ce soit lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Sulivan

avatar

Nombre de messages : 122
Age : 24
Célébritée de L'avatar : Ian Somerhalder
Date d'inscription : 23/08/2010

MessageSujet: Re: "Rendez-vous avec le ciel" [Libre]   Mar 31 Aoû - 12:30

La jeune fille s'agrippa à la rambarde, visiblement, c'était dur pour elle de parler de son passé. Vu la tristesse qu'elle avait montré auparavant rien qu'en l'évoquant, cela devait être dur, très dur. Gabriel ne savait pas à quoi s'attendre, il savait juste une chose, il ne saurait pas comment réagir une fois qu'elle lui aurait dit. Il ne savait jamais comment se comporter dans ce genre de circonstances, peu de gens s'étaient confié à lui, et peu de gens ne lui avaient confié des choses aussi importantes, aussi douloureuses que ce que Léna s'apprêtait visiblement à lui dire.

Il remarqua qu'elle ne le regardait pas. Elle n'avait visiblement pas la force de le regarder en face. Elle n'avait pas la force de l'affronter. D'affronter son regard. Avait-elle peur qu'il la juge pour quoi que ce soit?


"- Quand j'étais petite, j'adorais lire et écrire. C'était le jour de mon anniversaire. Le 10 mars 2002. J'avais 10 ans. Papa, maman c'étaient débrouillés pour me faire une surprise. Nous devions nous rendre dans un endroit que je ne connaissais pas. Un endroit que je ne connaitrais surement jamais..."

Elle marqua une pause après cela. Gabriel avait sans doute raison alors, lorsqu'il avait pensé qu'elle avait perdu quelqu'un de très proche. Ses parents visiblement. Elle avait perdu ses parents.

"- Nous étions sur la route. La radio crachait la dernière musique de Michael Bubblé... Ma mère adorait ce chanteur... Moi je m'amusais à compter le nombre de voitures rouges qui passaient et maman comptait les bleues. C'était à celle qui en verrai le plus."

Le jeune homme avait bien compris qu'elle avait du mal à sortir les mots de sa bouche. Cela lui faisait mal, très mal. A partir de ce moment, elle le regarda dans les yeux. Son regard semblait loin, très loin, rempli de nostalgie, de peine, de regrets, de honte? Pourquoi de la honte?

"- Cela faisait bien une heure que l'on roulait, et j'étais loin de me douter de ce qui allait se passer... Alors que nous avions fait les trois quart du chemin, un camion, un camion immense, percuta notre voiture..."

La jeune femme semblait se sentir coupable de cet accident, de la mort de ses parents. En quoi pourrait-elle être coupable? Coupable d'avoir eu son anniversaire le jour où ce camion avait dérapé, coupable de ne pas être morte en même temps que ses parents? Elle n'était en rien responsable et elle devait le comprendre.

La jeune femme continua à parler, cela lui sembla durer longtemps, tellement la douleur était présente en elle. Cela devait être la première fois qu'elle en parlait à quelqu'un, la première fois qu'elle se confiait. Il était heureux que cela soit à lui, mais il se sentait mal vis-à-vis de son histoire. Elle avait perdu ses parents. Il comprenait qu'elle avait souffert, mais il ne pouvait pas dire qu'il comprenait. Il ne comprenait pas sa douleur. Comment l'aurait-il pu alors que lui avait rêver voir son père mourir pendant de longues années. Elle semblait proche de ses parents, elle les avait vu mourir devant ses yeux. Cela avait du être un événement horrible pour elle. Elle n'avait jamais pleurer après cela. Elle avait été très forte, trop forte. Il fallait qu'elle craque à u moment ou à un autre, et ce moment, c'était maintenant, avec lui, sur ce toit.

Puis la jeune femme s'excusa. De quoi s'excusait-elle? Elle avait eu besoin de lui parler, elle en avait besoin. Elle n'avait pas à s'excuser. Il s'apprêtait à le lui dire, lorsqu'elle fondit en larmes devant lui. Il aurait du s'y attendre. Mais là, il ne savait pas quoi faire. Il savait qu'il devait la réconforter, dire quelque chose, n'importe quoi, mais justement il ne savait pas ce qu'il devait dire dans une occasion pareille. Il tenta de se rappeler ce que lui espérait lorsqu'il était en pleurs. Une présence, n'importe qui, quelqu'un pour l'aider, pour le prendre dans ses bras, lui dire que tout était finit, enfin... Voilà ce qu'il aurait espéré. Et voilà ce qu'il devait faire.

Lentement, il s'approcha de la jeune femme, et enroula ses bras autour d'elle. Il l'amena vers lui et la serra dans ses bras. Il espérait que cela lui ferait du bien, que cela la calmerait, la réconforterait. Il n'était pas très à l'aise, il n'avait pas l'habitude de faire ce genre de chose. Mais là, il sentait qu'elle en avait besoin. Il savait que dans ces moments-là, on avait besoin d'aide, de soutien, de réconfort, d'une épaule sur laquelle pleurait. Alors il n'était surement pas la meilleure des épaules, pas la plus compréhensive des oreilles, pas la meilleure personne pour résoudre des cas comme celui-là, mais il était là, c'était déjà ça non?


"- Léna, écoute-moi. Ce n'était pas de ta faute. Ce n'est la faute à personne, si ce n'est le chauffeur de camion. Tes parents t'aimaient, il n'aurait pas voulu que tu penses cela. C'est finit tout ça maitenant, il faut que tu ailles de l'avant, que tu vive ta vie pour toi. Je ne vais pas te dire que je comprends ce que tu as ressenti, parce qu'on ne peut jamais comprendre la douleur des autres, mais... si jamais je peux faire quelque chose... dis le moi, et je le ferais..."

Il ne savait pas s'il avait dit ce qu'il fallait, mais il avait dit ce qu'il pensait qu'il fallait dire. Il avait dit ce que lui aurait aimé entendre dans ce cas-là. ce qu'il aurait aimé entendre durant toutes ces années. Qu'il n'était pas coupable, que ce n'était pas de sa faute, que ca allait se terminer. Il espérait que Léna se sentirait mieux après cela au moins. Il n'était vraiment pas doué pour ce genre de choses. Il espérait que sa présence changerait quelque chose, que Léna allait se sentir mieux. Il lespérait de tout coeur. Il ne supportait pas de la voir triste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léna Swan

avatar

Féminin Nombre de messages : 127
Age : 23
Célébritée de L'avatar : Nina Dobrev
Date d'inscription : 31/07/2010

MessageSujet: Re: "Rendez-vous avec le ciel" [Libre]   Mar 31 Aoû - 15:00

Léna pleurait de toutes ses forces, elle vidait toutes les larmes qu'elle avait retenu si longtemps. Et puis, lentement, sans qu'elle ne s'y attende, Gabriel l'entoura de ses bras et la serra contre lui. Cela réchauffa le coeur de la jeune fille, qui continuai de verser ses larmes. Elle plaça son visage contre le cou du jeune homme. Ce simple geste fit frissonner son corps entier. Depuis la mort de son père, aucun homme ne l'avait pris dans ses bras. Jamais elle n'avait eut cette sensation de protection. Là, dans les bras de Gabriel, elle avait l'impression d'être dans une bulle, hors du danger, hors du temps, hors de la souffrance.

"- Léna, écoute-moi. Ce n'était pas de ta faute. Ce n'est la faute à personne, si ce n'est le chauffeur de camion. Tes parents t'aimaient, il n'aurait pas voulu que tu penses cela. C'est finit tout ça maitenant, il faut que tu ailles de l'avant, que tu vive ta vie pour toi. Je ne vais pas te dire que je comprends ce que tu as ressenti, parce qu'on ne peut jamais comprendre la douleur des autres, mais... si jamais je peux faire quelque chose... dis le moi, et je le ferais..."

Ses mots firent apparaître un feu ardent dans son ventre qui la réchauffa tout entière. C'était un sentiment de bien être, un sentiment de... Bonheur ? Elle se sentait vidée, libérée de ce poids qui l'écrasait depuis 8 ans. Enfin, elle se sentait bien. Les mots de Gabriel lui redonnèrent espoir. Et entre deux hoquets, elle lança un faible:

"- Merci..."

C'était un merci sincère et profond. Elle lui était maintenant redevable. Les mains de Léna effleurèrent le dos de Gabriel et elle lui rendit son étreinte. Elles agrippèrent la chemise du jeune homme. Puis elle se détendit. Elle se sentait mieux. Mais elle se rendit vite compte que le jeune homme devait être très mal à l'aise. Toutefois, il lui avait demandé ce qu'il pourrai faire pour l'aider non ? Et ben ce qu'il devait faire c'était ne pas la lâcher. Et comment le lui dire ? Elle allait passer pour une cruche en manque d'affection. Elle se contenta donc de rester dans ses bras un petit moment. Et dans un souffle qu'elle voulait a peine audible elle lui dit:

"- Garde moi dans tes bras..."

Elle y était si bien... Léna reposa la tête sur l'épaule de Gabriel. Cela faisait si longtemps qu'elle attendait ce moment! Et la jeune fille se sentait mieux, beaucoup mieux. Elle avait le coeur léger... Si léger qu'elle aurai pu s'envoler. Elle redressa la tête et plongea son regard dans celui du jeune homme. Un regard de remerciement. Un regard emplis de tendresse. Et elle sourit. Parce que là, dans ses bras, elle se sentait comme une petite fille dans les bras d'un ange.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Sulivan

avatar

Nombre de messages : 122
Age : 24
Célébritée de L'avatar : Ian Somerhalder
Date d'inscription : 23/08/2010

MessageSujet: Re: "Rendez-vous avec le ciel" [Libre]   Mer 1 Sep - 9:06

Gabriel tenait la jeune femme dans ses bras, ne sachant pas vraiment quoi faire de plus. Il sentit le visage de la jeune femme se glisser dans son cou, elle pleurait encore. Il ne savait pas trop s'il l'avait réellement aidé ou non, mais il avait fait tout ce qu'il avait pu, jamais il n'avait réconforté quelqu'un, c'était quelque chose de parfaitement nouveau pour lui et il ne savait pas vraiment quoi faire, si ce n'est être là. Entre deux sanglots de la jeune femme elle le remercia. Puis ses mains s'agrippèrent à sa chemise, dans son dos, comme si elle s'accrochait à une bouée afin de ne pas sombrer. Il était la bouée, et le passé de la jeune femme était son chagrin, qui cherchait à l'emporter loin. Par pur mimétisme, et sans réellement s'en rendre compte, il resserra son étreinte. Il la serrait fort, comme pour mieux l'aider à s'accrocher. Il s'apprêtait à la relâcher, lorsqu'il entendit, enfin plutôt, qu'il crut entendre la jeune femme murmurer:

"- Garde moi dans tes bras..."

C'était une douce prière, à peine audible, qui avait faillit se perdre dans le vent de la capitale. Il n'était pas sur d'avoir bien entendu, mais il n'eut plus de doute lorsqu'elle glissa sa tête sur son épaule. Mais à vrai dire, il ne comprenait pas. Il ne comprenait pas qu'elle ait voulu se confier à lui, avec son visage fatigué et sa bouteille à la main. Il ne comprenait pas qu'elle veuille apprendre à le connaître, qu'elle lui fasse confiance. Il ne comprenait rien à la situation en fait.

Léna leva les yeux vers lui. C'était un regard franc, de remerciements. Les larmes étaient encore visibles dans ses yeux humides. Mais elle souriait. Elle semblait être redevenue joyeuse. Elle lui souriait, mais pourquoi? Pourquoi diable se sentait-elle mieux après cela? Qu'avait-il fait pour lui redonner le sourire? Gabriel était tout simplement perdu, mauvaise habitude de ne pas être habitué aux rapports humains. Que devait-il faire maintenant? Que devait-il dire maintenant? Il n'en avait strictement aucune idée. Il ne savait pas quoi faire, quoi dire. Il se plongea dans son regard, cherchant des réponses, cherchant une aide, un indice qui lui dirait quoi faire.

Une chose l'embêtait. La jeune femme venait de se confier à lui, de lui accorder sa confiance. Elle voudrait surement qu'il en fasse de même. mais il ne s'en sentait pas capable, il se sentait tellement faible face à son passé, et ce n'était pas l'image d'un faible qu'il voulait donner de lui. Il devait être franc avec la jeune femme et lui montrer directement que pour lui, se confier était inenvisageable, du moins pour l'instant.


"- Je suppose que tu voudrais que moi aussi je te raconte mon histoire... Mais je ne peux pas. Ce n'est pas contre toi, mais... je n'en ai jamais parlé, personne n'est au courant. Je ne peux pas, c'est tout."

Son regard se voila et il détourna le regard.Il ne voulait absolument pas se montrer comme cela, faible et si peu sur de lui, même devant Léna.Surtout devant Léna. Elle était la seule personne avec qui il avait parlé depuis son arrivée ici. La première personne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léna Swan

avatar

Féminin Nombre de messages : 127
Age : 23
Célébritée de L'avatar : Nina Dobrev
Date d'inscription : 31/07/2010

MessageSujet: Re: "Rendez-vous avec le ciel" [Libre]   Mer 1 Sep - 11:55

Léna se sentait si petite dans les bras de Gabriel, se revoyant enfant dans les bras forts de son père. Cela faisait si longtemps qu'elle n'avait plus connu cette sensation... Et quel bonheur c'était que d'être enlacé par un homme. Puis elle eut ces papillons dans le ventre. Une sensation totalement inconnue pour elle, totalement nouvelle. Elle réfléchit à la situation et se demanda pourquoi Gabriel. Qu'avait-il de différent après tout ? Mais elle se rendit compte que c'était parce que lui ne l'avait pas jugée. Lui, il avait prêté son attention et ses bras à Léna. Chose que l'on avait jamais offert à la jeune fille. Et puis, il meubla le silence de sa voix suave et franche.

"- Je suppose que tu voudrais que moi aussi je te raconte mon histoire... Mais je ne peux pas. Ce n'est pas contre toi, mais... je n'en ai jamais parlé, personne n'est au courant. Je ne peux pas, c'est tout."

Et elle comprenait. Mieux que quiconque, elle comprenait. La jeune femme se mit dos à Gabriel mais ne se libéra pas de son étreinte pour autant. Evidemment elle aurai aimé qu'il se confie à elle, mais elle savait combien c'était dur. Le jeune homme lui parlerai lorsqu'il serai prêt et elle n'avait aucune remarque a faire sur cela. Elle même était une personne plutôt réservée. D'ailleurs, le fait de s'être confiée comme ça lui était totalement inconnu jusqu'à présent. Elle tenta de le rassurer.


"- Tu sais, tu n'es pas obligé de me parler de toi... Je peux comprendre que ce soit dur... Mais si un jour tu as besoin de quoi que ce soit, saches que... Je suis là"

Elle sourit. Le paysage s'étendait devant eux. Par ailleurs, la nuit commençait à tomber. Son ventre gargouilla bruyamment et elle explosa de rire. Un rire cristallin et communicatif. Et tout en rigolant elle pris la parole:


"- Je crois que j'ai faim!"

Mais elle n'avait pas tellement envie de se séparer des bras de Gabriel. Il ne la reprendrai surement pas dans ses bras. Elle apprécia donc les quelques instants qui lui restait dans cette étreinte chaleureuse. Et enfin, elle se sentait vivante.



(Dsl j'ai fait court, je suis un peu pressée... Mais je reviens dans la soirée)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Sulivan

avatar

Nombre de messages : 122
Age : 24
Célébritée de L'avatar : Ian Somerhalder
Date d'inscription : 23/08/2010

MessageSujet: Re: "Rendez-vous avec le ciel" [Libre]   Mer 1 Sep - 13:25

Le jeune homme regardait toujours au loin, pour masquer la douleur, la tristesse qui faisait son quotidien. Il ne voulait pas que Léna le remarque. Mais lui savait. Il savait que cette souffrance l'accompagnait partout où il allait, chaque minute, chaque seconde qui passait. Chaque moment le faisait un peu plus souffrir. Une seule échappatoire. Du moins, c'est ce qu'il pensait jusqu'à présent. Mais durant cette soirée, il avait réussi à sourire, à ne plus penser pendant quelques instants, si courts, mais oh combien agréables. Il se demandait si c'était la présence de la jeune femme qui faisait cela.

Une fois qu'il avait prononcé sa phrase, il se demandait comment la jeune femme allait réagir. Elle se tourna tranquillement, sans sortir du cercle que formaient ses bras. Elle devait s'y sentir bien visiblement. Gabriel ne savait pas que l'on pouvait se sentir bien dans ses bras, cela lui était inconnu. Sa voix résonna dans la pénombre qui envahissait peu à peu le ciel.


"- Tu sais, tu n'es pas obligé de me parler de toi... Je peux comprendre que ce soit dur... Mais si un jour tu as besoin de quoi que ce soit, saches que... Je suis là"

Il ne voyait pas son visage, mais au son de sa voix, il comprit qu'elle souriait. Il savait qu'elle ne le jugerait pas si il lui racontait tout. Lui ne l'avait pas jugé. Mais il s'en sentait incapable. Les mots ne voudraient pas sortir. Il était étonné qu'elle réagisse comme cela. Décidément cette jeune femme était pleine de surprise. Il savait qu'il pouvait compter sur elle. Quelque chose les liait. Un lien étrange, qu'il n'arrivait pas à identifier.

Alors qu'aucun des deux n'osait bouger, un bruit résonna dans ce silence. Un bruit différent de celui de la circulation incessante. Un bruit de ventre qui criait famine. Gabriel ne put s'empêcher de sourire. La jeune femme avait visiblement faim. Léna quant à elle se mit à rire. Un rire très doux, et surtout communicatif. Gabriel se mit lui aussi à rire, légèrement. Cela faisait longtemps qu'il n'avait plus rit.


"- Je crois que j'ai faim!"

* Le contraire m'eut étonné! *

Gabriel attendit quelques instants, avant de retirer ses bras, et de glisser ses mains dans les poches de son pantalon. Il regarda la jeune femme un instant avant de dire:

"- Je vais aller chercher les sandwichs alors... tu veux un sandwich à quoi?"

Question bateau, mais il valait mieux savoir avant de prendre au hasard. Pour le moment, lui n'avait pas spécialement faim, mais cela ne saurait tarder. Il commençait à se diriger vers la porte qui donnait sur le toit, avant de s'arrêter, et de faire demi-tour. Il s'approcha de Léna, et lui dit dans un murmure:

"- Merci."



(Je le trouve pas si court que ça moi.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Rendez-vous avec le ciel" [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
"Rendez-vous avec le ciel" [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» rendez-vous avec le diable - kélia&xénosis
» [Terminé] Premier rendez vous avec Samus
» Un rendez-vous sanglant. [Faith]
» rendez-vous a 2 setaka et elbastino
» Rendez-vous commercial

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pensionnat Little Tie :: L'universitée de Little Tie :: Le Campus :: Le toit-
Sauter vers: